Recherche

ministère de l'intérieur récompense - search results

If you're not happy with the results, please do another search

L’agence de presse saoudienne a annoncé hier dimanche, que le royaume offrait des récompenses d’un montant total de 400 millions de dollars américains à quiconque pourrait lui fournir des informations sur 40 dirigeants de la milice houthie du Yémen.

Les informations peuvent porter sur l’endroit où les responsables recherchés sont cachés, ou encore susceptibles de conduire à leur arrestation.

Selon ministère de l’Intérieur saoudien, cette annoncé vient en réponse à la recrudescence des activités terroristes des Houthis et au risque qu’ils représentent pour la sécurité de l’Arabie saoudite.

Le communiqué publié par le ministère saoudien a accusé les Houthis, l’Iran et le Hezbollah d’avoir partagé leur expertise pour mettre au point les attaques de missiles balistiques commises contre le territoire saoudien.

Rappelons qu’un missile tiré depuis le Yémen a été intercepté samedi par les forces aériennes saoudiennes.

large_news_rechercher-ben-khlifaLe ministère de l’Intérieur, a publié dans la soirée du 27 novembre 2015, des photos de trois individus, considérés comme terroristes et trés dangeureux.

D’apréS l’enquete mené par les policiers, les trois hommes sont impliqués dans l’attentat qui a visé un bus de la Garde présidentielle, le 24 novembre 2015.

Les suepcts sont les frères Hassan et Houcine Ben Khelifa Bouchiba et Walid Ben Mohamed Ali Youssefi.

Les citoyens sont appelés à fournir des informations qui concernent ces individus. Le Ministère de l’Intérieur a décidé, par ailleurs, d’offrir une importante récompense à celui qui fournirait des informations pouvant mener à l’arrestation de ces trois terroristes.
Le MI met à la disposition du public les numéros suivants: 71335000,
Le numéro vert 80 10 11 11,
La Garde nationale 193,
La police 197,
ou contacter le poste de police le plus proche.

N.J.

Un nouvel outil va être intégré à la lutte antiterroriste en Tunisie. Il s’agit d’une base de données nationale qui recensera les extrémistes et les terroristes et mettra en ligne toutes les informations concernant le terrorisme. C’est ce qu’a annoncé ce vendredi 18 mai 2018, le directeur général du pôle de lutte contre le terrorisme à l’Assemblée des Représentants du Peuple.

Auditionné, aujourd’hui, en compagnie du ministre de l’intérieur, Lotfi Brahem, le directeur général du pôle de lutte contre le terrorisme a indiqué que le ministère de l’Intérieur est en train de préparer un projet dans ce sens et que cette base de données pourra être consultée par les citoyens.

cette base de données serait constituée de quatre axes : l’extrémisme, le terrorisme, les publications terroristes et une carte numérique de l’extrémisme et du terrorisme, a-t-il précisé.

Goulmourod KhalimovGoulmourod Khalimov, ancien colonel du Tadjikistan, qui a fait allégeance à Daech, est activement recherché par les Etats-Unis. Washington offre 3 millions de dollars pour la capture de ce sniper formé aux Etats-Unis.

Goulmourod Khalimov a en effet suivi des stages d’entraînement aux Etats-Unis entre 2003 et 2014. Il a fait depuis allégeance à Daech, dont il est devenu un dirigeant clé.

Washington a promis ce mardi 30 août, 3 millions de dollars de récompense pour toute information qui mènerait à la capture de cet ancien gradé tadjik, qui a fait défection et a rejoint les rangs du groupe Etat islamique (EI).

Goulmourod Khalimov, 41 ans, est un ancien colonel des unités de la police spéciale du ministère de l’Intérieur au Tadjikistan. Sniper confirmé, il a suivi entre 2003 et 2014 cinq stages d’entraînement aux Etats-Unis et au Tadjikistan, financés par le programme antiterroriste du département d’Etat, selon des responsables américains.

L’an dernier et est apparu en mai 2015 dans une vidéo diffusée sur internet, brandissant un fusil de sniper et promettant de mener le « djihad » en Russie, au Tadjikistan et aux Etats-Unis.

Washington avait classé Khalimov comme « terroriste international » en septembre 2015. Les autorités américaines ont offert 3 millions de dollars de récompense mardi dans le cadre du programme « Rewards for Justice » (« récompenses pour la justice »).

Le département d’Etat a décrit le djihadiste comme un « dirigeant clé » du groupe EI et comme un recruteur pour l’organisation extrémiste.

MIntérieur - Tunisie 2015-12-04 13-59-32Le ministère de l’intérieur vient de faire avorter deux attentats suicide qui étaient planifiés dans la capitale dont un à l’avenue Habib Bourguiba, en arrêtant ceux qui allaient en être les auteurs.

Selon le communiqué, les deux terroristes avaient été recrutés par Walid Yousfi, actuellement recherché par le ministère parce que suspecté d’avoir été l’instigateur de l’attentat contre le bus de la garde présidentielle le 24 novembre dernier.

On rappelle que le ministère de l’intérieur offre une récompense à tous ceux qui donneront des informations qui permettront son arrestation.

S.B

TUNISIA-POLITICS-CONSTITUTIONLa présidence du gouvernement a sorti un communiqué ce vendredi 8 août suite à la réunion avec la cellule de crise chargée de la sécurité. Trois phrases-mesures énigmatiques ont été citées, entre autres celle de la censure face à la lutte contre le terrorisme. 

  • « Approbation » du renvoi [le communiqué ne spécifie pas à qui le renvoie est fait] des mesures de censure, de surveillance et d’identification de l’utilisateur en ce qui concerne les sites électroniques liés au terrorisme. Il est, également, fait appel à la société civile pour lutter contre ces sites.

Dans le communiqué, nous avons relevé le fait qu’on parle « d’approbation » qui signifierait dans ce contexte « consensus » alors que généralement il est utilisé par le législatif et non l’exécutif comme la présidence du gouvernement. Ensuite, il est question de « renvoi ». Renvoi à qui ? ou à quoi ? Rien n’est précisé.

M. Naffati, journaliste à thd a réagi et a appelé le porte-parole du gouvernement, pour avoir des explications sur ce point précisément.

 » « Mais c’est le ministre des TIC (Tawfik Jelassi) qui est chargé de ça. Il fait partie de la cellule de crise. Et il a toutes les données, même les sites de terrorisme et où sont mis (hébergés). Je peux dès lundi essayer de vous mettre en contact avec son ministère pour avoir plus d’infos ».

Le nom de M. Jelassi n’est pourtant pas mentionné dans le communiqué susmentionné. Le journaliste rappelle alors le cabinet du ministre des TIC. « Après vérification auprès de lui, Tawfik Jelassi a affirmé qu’il n’a pas fait partie de la cellule de crise et n’y a pas assisté, » affirme-t-il. 

Par la suite, le cabinet de la TIC a contacté le porte-parole du gouvernement pour vérifier avec lui. « Ce dernier a alors dit que c’est sans doute le ministère de l’Intérieur (et Ridha Sfar si j’ai bien entendu?), qui est à l’origine de ce point. » rapporte M. Naffati.

Le manque de précision du communiqué du gouvernement tunisien et de ces mesures de « censure et surveillance » au nom de la lutte antiterroriste exhorte au questionnement quant à la coordination avec la direction de la TIC sur ce sujet.

Un projet de loi fuité contre les crimes sur internet a fait polémique au mois de juillet dans la communauté des internautes tunisiens. La liberté d’expression, notamment sur le net, constitue le fondement de la lutte révolutionnaire en Tunisie. Y toucher, même pour lutter contre le terrorisme, ne sera pas aisé pour le gouvernement Jomâa ou autres. Rappelons que lundi 11 août, l’Assemblée Nationale constituante se penchera sur le projet de loi de lutte antiterroriste.

Dessin de Lotfi Ben Sassi

Les Derniers