A Utique, scruter l’invisible des siècles…

A Utique, les pas du visiteur s’orientent nécessairement vers les nécropoles puniques ou les maisons romaines. Ces dernières sont admirables et, à l’image de la Maison de la cascade ou celle du Trésor, recèlent encore de remarquables mosaïques.

Le regard est tout autant attiré par la Maison des chapiteaux ou la Maison de la chasse, très bien conservées et témoignant encore des îlots d’habitations du troisième siècle. De même, les nécropoles puniques sont l’une des beautés historiques majeures de ce site tunisien dont l’origine remonterait à plus de trois mille ans.

Ces tombes puniques sont creusées à même le sol ou construites dans des blocs de grès ou des briques crues. A Utique, l’évidence de ces monuments cache bien d’autres secrets que seuls les initiés pressentent ou connaissent. C’est pour cela que visiter Utique, c’est aussi scruter l’invisible des siècles, être seul à voir des vestiges invisibles.

C’est le cas, par exemple, du port antique de la cité qui, de nos jours, se serait trouvé à douze kilomètres. En effet, l’ensablement progressif du site d’Utique, à cause des alluvions de la Medjerda, a comblé toute l’aire du port.

Il est difficile de nos jours de reconnaître l’ancien rivage. On ne peut que le deviner en admirant le paysage du sommet du plateau qui surplombe les ruines d’Utique.

Et la muraille punique ? Réputée inexpugnable, elle n’aura pas empêché la ville de tomber à trois reprises. Dispersés, quelques vestiges de ces remparts se souviennent encore d’Agathocle, des Mercenaires ou des guerres puniques…

A Utique, suis-je le seul à voir, toucher et admirer l’antique amphithéâtre ou le cirque de la ville ? A peine visibles, leurs restes affleurent à peine, comme l’empreinte laissée par les siècles.

L’aqueduc d’Utique est, lui aussi, presque invisible à nos yeux. Métaphore de la vie, les agriculteurs ont recouvert de cultures, thermes et théâtres d’hier dont ne subsistent que quelques pierres.

A Utique, rien n’est parfaitement invisible pour qui sait regarder. Pourrait-il en être autrement dans ce qui fut la plus ancienne cité phénicienne de Tunisie, l’aînée de Carthage et l’une des plus vieilles villes de l’Occident méditerranéen ?

**********

En effet, selon l’histoire, Utique est la plus ancienne cité en Tunisie. En effet, les sources gréco-romaines donnent à cette ville antique la date de 1101 av. J-C. comme celle de sa fondation.

Etablie, comme Carthage, par des Tyriens venus de Phénicie, Utique serait ainsi plus âgée que Carthage de 287 ans.

Seulement, les preuves archéologiques et les découvertes sur le site ne permettent pas de remonter plus loin que le septième siècle av. J-C.

Toutefois, des découvertes récentes effectuées par des équipes tunisiennes et espagnoles permettent, grâce à l’étude des céramiques trouvées sur les lieux, de prouver la fondation bien antérieure de la cité.

De plus, ces découvertes récentes permettent de placer Utique dans les grands réseaux maritimes méditerranéens de cette époque.

Utique semble ainsi avoir été un port important sur l’axe qui reliait Tyr à Cadix et constituait la Route antique des métaux.

A ce titre, les navires chargés de métaux pratiquaient le cabotage le long des côtes d’Afrique du nord, avant de rejoindre la Phénicie, avec leurs chargements.

Utique jouait un rôle important sur cet axe précis grâce à sa fonction de comptoir et d’étape vers l’Orient. Dommage que de nos jours, le site archéologique soit peu visité car, avec ses composantes punique et romaine, il permet de découvrir la plus ancienne cité de Tunisie dont l’âge serait de 3123 ans.

**********

Jusqu’à nos jours, les fouilles n’ont jamais confirmé ni infirmé qu’Utique est l’aînée de Carthage de 287 ans. C’est en tout cas Pline l’Ancien qui affirme qu’Utique a été fondée par des Tyriens en 1101 av. J.-C.

Se libérant peu à peu de la tutelle de Tyr, Utique dont les ruines se trouvent à 34 km de Tunis, par la route de Bizerte, va connaître une existence autonome par rapport à Carthage puis entrer dans l’orbite de la métropole sud-méditerranéenne.

Après la chute de Carthage, c’est d’abord Utique qui sera proclamée capitale de la Provincia Africa. Elle sera alors liée à l’histoire romaine en Tunisie.

Plus tard, sous Auguste, Utique perdra son rang de capitale au profit de Carthage mais demeurera une cité prospère qui ne connaîtra le déclin qu’avec l’arrivée des Vandales puis des Arabes.

La ville antique servira ensuite de carrière pour les constructions des bourgs environnants. Les premières fouilles y auront lieu à partir de 1905 et culmineront dans la décennie 1948-1958. Récemment, elles ont été reprises avec l’appui d’universités américaines et espagnoles.

L’Utique d’aujourd’hui a peu à voir avec la ville antique. L’ancien port a été comblé par les alluvions de la Medjerda et le rivage a reculé d’une douzaine de kilomètres.
Il n’en reste pas moins que ce site garde majesté et importance grâce à sa nécropole punique, ses thermes et ses villas romaines.

Commentaires: