Décès de Mikhaïl Gorbatchev, père de la Perestroïka et dernier dirigeant de l’URSS

Gorbatchev, le triste héros d’une catastrophique Perestroïka pour la Russie

Le dernier dirigeant de l’Union soviétique (URSS) et dernier dirigeant de la guerre froide qui était encore en vie, Mikhaïl Gorbatchev, est mort, hier mardi 30 août 2022, en Russie, à l’âge de 91 ans, a indiqué un hôpital de Moscou, cité par les agences de presse russes.

Il est décédé « d’une longue maladie grave » a indiqué l’Hôpital clinique centrale (TSKB) dépendant de la présidence russe.

Une source anonyme, citée par l’agence TASS, a indiqué que Mikhaïl Gorbatchev serait enterré auprès de sa femme Raïssa Gorbatcheva, décédée en 1999, au cimetière de Novodiévitchi à Moscou.

Arrivé au pouvoir en 1985, Mikhaïl Gorbatchev avait lancé une vague de réformes politiques et économiques visant à moderniser et à démocratiser l’Union soviétique confrontée à des graves crises.

Partisan d’une politique de rapprochement avec l’Occident et pour son rôle dans la fin de la confrontation Est-Ouest au XXe siècle, il avait reçu en 1990 le prix Nobel de la paix.

Entre 1990 et 1991, il avait occupé le poste de président de l’Union soviétique, avant finalement de devoir démissionner le 25 décembre 1991, ce qui avait entraîné la fin de l’URSS.

Après son accession au poste secrétaire général du parti communiste soviétique en 1985, à l’âge de 54 ans, Mikhaïl Gorbatchev avait introduit des réformes – connues sous les noms de « perestroïka et glasnost » – qui avaient accéléré l’effondrement de l’URSS en 1991.

De nombreux Russes ne lui ont jamais pardonné les conséquences de ces réformes, estimant que la chute de leur niveau de vie était un prix trop élevé à payer pour la démocratie.

Les années qui suivirent la dissolution de l’URSS restent en effet un traumatisme pour nombre de Russes, plongés dans une pauvreté fulgurante, confrontés à un chaos politique et à une guerre sanglante en Tchétchénie.

Avec l’arrivée au pouvoir en 2000 de Vladimir Poutine, qui a dit considérer la disparition de l’URSS comme la « plus grande catastrophe géopolitique » du XXe siècle, l’Etat met au pas la société tout en assurant le retour de la puissance russe sur la scène internationale.

Mikhaïl Gorbatchev a passé les vingt dernières années en retrait de la politique et vivait dans un quasi anonymat. Seule une pièce de théâtre à Moscou, l’année dernière, célébrant le Gorbatchev intime avait fait salle comble.

Selon le porte-parole du Kremlin, Vladimir Poutine a exprimé ses « profondes condoléances » après le décès de Mikhaïl Gorbatchev et enverra dans la matinée (de ce mercredi 31 août 2022) « un télégramme de condoléances à la famille et aux proches » de l’ancien dirigeant.

Commentaires: