Avec la sécheresse des villages submergés refont surface !

A Mossoul, en Irak, tout un village englouti, réapparaît

Cette année, avec la grande sécheresse qui sévit à travers le monde, des phénomènes insolites ont eu lieu ici et là, dus à la baisse remarquable des eaux enregistrée dans des fleuves et des cours d’eau.

En Irak, au Kurdistan précisément, le niveau très bas atteint au réservoir de Mossoul a entraîné l’apparition d’une cité vieille de 3400 ans.

Il s’agit des vestiges du village de Guiri Qasrouka, englouti sous les eaux d’un barrage il y a 36 ans, qui ont soudainement ressurgi à l’air libre à cause de la baisse du niveau des eaux provoquée par la sécheresse.

Le barrage de retenue, situé à deux kilomètres au nord de la ville de Dohouk, a été construit à partir de 1985, entraînant le départ des habitants de Guiri Qasrouka. Depuis, le village était sous les eaux qui servent à irriguer les terres agricoles de la région.

Mais « à cause de la sécheresse », le niveau de l’eau a baissé de sept mètres en septembre par rapport à la même période l’an dernier, libérant les vestiges du village.

Aujourd’hui, les vestiges de Guiri Qasrouka peuvent se visiter à pied sec et notamment une maison, la seule dont les murs en pierre sont encore debout. Par endroits, des algues et des coquillages séchés s’accrochent encore à la pierre.

Au Pays de Galles, le même phénomène se produit avec le lac Vyrnwy qui s’est tellement asséché cet été qu’un village a refait surface depuis les profondeurs.

Cette découverte est la conséquence des fortes chaleurs et de la faible pluviométrie qui touchent le pays. Le 18 juillet, le Pays de Galles a enregistré le jour le plus chaud de son histoire.

A la fin du 19e siècle, la ville de Liverpool, en pleine expansion, avait besoin d’une nouvelle source d’eau. La vallée de la rivière Vyrnwy est alors choisie pour la construction d’un barrage et d’un réservoir.

Conséquence: le village de Llanwddyn est inondé par les eaux, malgré l’opposition des habitants. Les 37 maisons, l’église, les deux chapelles, les trois pubs et quelques boutiques sont engloutis en 1880 par la Liverpool Corporation Waterworks.
Un nouveau village est reconstruit plus bas dans la vallée pour reloger les habitants.

Le réservoir est généralement plein à 90% de sa capacité. L’été dernier, ce chiffre était tombé à 77%. En 2022, ce n’est plus que 60%.

Et le niveau de l’eau est si bas que des vestiges de l’ancien village de Llanwddyn ont refait surface, révélant un pont, des murs de pierre et des fondations de bâtiments disparus.

Commentaires: