Tunisie : Le FMI explore les attentes du secteur privé en matière de fiscalité

Avant d’octroyer une nouvelle ligne de crédit à la Tunisie, le FMI voudrait s’assurer de toutes les conditions nécessaires à la bonne gestion de ces fonds.

Le membre du Bureau exécutif de la Confédération des entreprises citoyennes (CONECT), Mehdi Bhouri, a révélé que le Fonds monétaire international (FMI) se penche actuellement à explorer les points de vue du secteur privé concernant la fiscalité, et ce dans le cadre de l’assistance technique qu’il fournit au gouvernement tunisien.

Dans une déclaration à TAP, Bhouri a rappelé que l’expert international spécialisé en politique budgétaire, Patrick Petit , a rencontré, hier soir, le président de Conect, Tarek Cherif, dans le cadre de l’examen des mécanismes liés au rôle du secteur privé dans l’élaboration de la politique budgétaire en Tunisie.

La Conect estime que les finances publiques en Tunisie ont besoin d’une fiscalité englobant les différents secteurs, en plus de l’élargissement de l’assiette fiscale, a indiqué Bhouri, soulignant l’importance d’encourager davantage les entreprises privées, de renforcer la compétitivité des entreprises tunisiennes et de mettre en place une législation qui permettrait de stimuler l’investissement et de soutenir l’économie nationale.

Il a estimé que le développement du recouvrement des impôts en Tunisie passe également par une intégration plus poussée du secteur parallèle dans l’économie nationale et une participation plus large des secteurs, des institutions et des entreprises.

Le 24 juin 2022, la ministre des Finances Sihem Nemsia a confirmé que la réforme fiscale en Tunisie propose de rationaliser les incitations fiscales en les redirigeant vers les secteurs et institutions à forte valeur ajouté.

Commentaires: