L’accès à un environnement propre, sain et durable est désormais un droit humain universel

environnement propre, sain et durable
Un environnement propre, sain et durable est désormais un

L’Assemblée générale des Nations Unies a adopté jeudi une résolution historique déclarant que l’accès à un environnement propre, sain et durable est un droit humain universel.

Sur les 169 pays membres présents et participants à l’assise, 161 ont voté pour et 8 se sont abstenus, à savoir la Chine, la Fédération de Russie, le Bélarusse, le Cambodge, l’Éthiopie, l’Iran, le Kirghizistan et la Syrie.

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, s’est félicité de cette décision « historique ».  Selon lui, cette évolution marquante démontre que les États Membres peuvent s’unir dans la lutte collective contre la triple crise planétaire que sont le changement climatique, la perte de biodiversité et la pollution.

« La résolution contribuera à réduire les injustices environnementales, à combler les lacunes en matière de protection et à donner des moyens d’action aux personnes, en particulier celles se trouvant dans des situations vulnérables, notamment les défenseurs des droits de l’homme en matière d’environnement, les enfants, les jeunes, les femmes et les peuples autochtones », a-t-il déclaré dans un communiqué publié par le bureau de son porte-parole.

Le texte, initialement présenté par le Costa Rica, les Maldives, le Maroc, la Slovénie et la Suisse en juin dernier, et désormais coparrainé par plus de 100 pays, note que le droit à un environnement sain est lié au droit international existant et affirme que sa promotion passe par la mise en œuvre intégrale des accords multilatéraux sur l’environnement.

Elle reconnaît également que l’impact du changement climatique, la gestion et l’utilisation non durables des ressources naturelles, la pollution de l’air, de la terre et de l’eau, la mauvaise gestion des produits chimiques et des déchets, et la perte de biodiversité qui en résulte, interfèrent avec la jouissance de ce droit – et que les dommages environnementaux ont des implications négatives, directes et indirectes, sur la jouissance effective de tous les droits de l’homme.

 

 

Commentaires: