Tunisie – Référendum : Une scène divisée en trois positions !

A trois jours du référendum du 25 juillet 2022, destiné à voter pour ou contre le projet de réforme de la Constitution, quelles sont les forces en présence ?

En effet, lundi, les Tunisiens sont appelés à voter pour ou contre ce projet de réforme qui pourrait mettre fin au système parlementaire, en place depuis 2014.

A ce titre, trois camps exprimant chacun sa position, se dégagent de la campagne électorale pour le référendum, lancée le 3 juillet et qui s’achève demain, samedi 23 juillet.

Plus de 160 acteurs ont d’ailleurs pris part à cette campagne, dont des associations, des organisations, des partis et des personnes physiques.

Dans ce combat pour les urnes, il y a d’abord ceux qui soutiennent le projet de constitution à l’instar du Mouvement populaire et du Courant populaire.

Il y a ceux qui appellent à voter contre le projet comme Afek Tounes, l’Union Populaire Républicaine et l’alliance Nationale Tunisienne.

Enfin, il y a ceux qui appellent au boycott du référendum, expliquant qu’il s’agit d’un « coup d’Etat et d’un processus inconstitutionnel ».

Parmi les boycotteurs on retrouve le Front du Salut national, le mouvement Ennahdha, Qalb Tounes, la Coalition Al Karama, le Hirak, « Citoyens contre le coup d’Etat », le mouvement Amal, Al Irada, le Courant démocrate, Ettakatol, al Qotb, le parti Républicain et le Parti destourien libre.

De nombreuses organisations et associations ont exprimé leur rejet du projet de constitution. En revanche, d’autres associations et composantes de la société civile ont soutenu le nouveau projet et appelé à voter par un « oui » pour faire sortir le pays de la crise.

Quant à l’UGTT, elle a laissé le libre choix à ses adhérents de voter pour ou contre.

Commentaires: