Tunisie – FMI : L’UGTT appelle le gouvernement au dialogue

L’Union générale tunisienne du travail (UGTT) a affirmé qu’un dialogue sérieux et responsable reste le seul moyen permettant d’élaborer un programme tuniso-tunisien de réformes applicables et ce lors d’une réunion qui a eu lieu, ce mardi 12 juillet 2022, avec une équipe du Fonds monétaire international (FMI), actuellement en mission en Tunisie pour des négociations sur un programme d’aide au pays.

L’entretien a porté sur la situation économique et sociale en Tunisie, le programme de réformes et le rôle de l’UGTT.

Lors de cette rencontre, le Secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Taboubi, a souligné l’importance de « préserver le pouvoir d’achat des travailleurs, de respecter la crédibilité des négociations et de mener des réformes courageuses à même de libérer le plein potentiel de l’économie tunisienne ».

L’UGTT a appelé le gouvernement à revenir immédiatement à la table de dialogue, se déclarant prête à discuter de tous les dossiers dans le cadre de la transparence et de l’échange de données.

Entretien UTICA – FMI

Hier également, des responsables de l’Union tunisienne de l’industrie du commerce et de l’artisanat (UTICA) se sont entretenus avec cette même délégation du FMI dans un entretien qui a évidemment tourné autour de la situation économique, sociale et financière du pays, ainsi que les réformes à adopter pour que l’économie reprenne son rythme de croissance.

Les représentants de l’UTICA ont exposé à cette occasion la vision de l’organisation patronale et ses propositions pour relancer l’économie nationale et booster l’investissement.

Négociations entamées le 4 juillet

Une équipe du Fonds monétaire international (FMI) a entamé, lundi 4 juillet 2022, une mission en Tunisie pour des négociations avec les autorités tunisienne sur un programme d’aide.

Au cours de cette mission, d’une durée de deux semaines, le FMI doit discuter avec les autorités tunisiennes du programme de réformes dont l’institution internationale exige la mise en œuvre pour l’accord d’un nouveau prêt de 4 milliards de dollars.

Dans l’espoir de l’obtenir, la Tunisie a soumis au FMI un plan de réformes qui prévoit notamment une réduction des subventions et une restructuration des entreprises publiques.

A ce titre, la ministre des Finances, Sihem Boughdiri Nemssia, a évoqué, lors du démarrage de ces négociations, des « signes positifs ».

Commentaires: