Tunisie : Rached Ghannouchi s’attend à être arrêté !

Convoqué par le juge d’instruction du Pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme, le président du parti Ennahdha, Rached Ghannouchi va comparaître, le 19 juillet prochain en tant qu’accusé dans l’affaire de l’association Namaa Tounes.

Le cas Ghannouchi a été abordé, ce lundi 11 juillet par le président du Front de salut national, Ahmed Nejib Chebbi, qui a indiqué, dans une conférence de presse, s’être entretenu récemment avec Rached Ghannouchi.

Selon lui, Rached Ghannouchi, qui nie tout lien avec l’association Nama Tounes ou l’affaire Instalingo, s’attend à être arrêté. « Je suis né sur cette terre et j’y mourrai, et d’après les éléments préliminaires, il semble que je vais être arrêté », a indiqué Ahmed Nejib Chebbi, rapportant les propos de Rached Ghannouchi.

Dans le même ordre d’idées, Samir Dilou, a annoncé, aujourd’hui, lors de la même conférence de presse, que des décisions vont être prises dans les prochains jours contre des personnalités de premier rang.

Des décisions en rapport avec ces deux affaires auxquelles il faut ajouter celle de l’appareil secret d’Ennahdha, celle de Chokri Belaid et Mohamed Brahmi, etc.

Toujours selon Samir Dilou, Rached Ghannouchi et Hamadi Jebali, sont en tête de la liste de personnalités dans le collimateur de la justice.

Rappelons que conformément à une décision de justice, les comptes bancaires et les avoirs de plusieurs personnes accusées dans l’affaire relative à l’association caritative Nama Tounes, ont été gelés.

La liste publiée par la Commission tunisienne des analyses financières (Ctaf) évoque notamment le président du Mouvement Ennahdha Rached Ghannouchi, son fils Mouadh, sa fille Soumaya Ghannouchi et son gendre Rafik Abdessalem, l’ancien chef du gouvernement Hamadi Jebali, ses deux filles et son épouse, en plus d’autres personnes.

Rappelons également que 33 personnes dont Rached Ghannouchi ont été officiellement accusés dans cette affaire, d’appartenance à une organisation terroriste.

Commentaires: