Hichem Rostom, une page de l’histoire du cinéma tunisien se tourne !

Tribune | Par Dr Hager Karoui

Hichem Rostom, l’acteur le plus célèbre et le plus charismatique de la scène artistique tunisienne n’est plus.

Titulaire d’un doctorat en langue et littérature française à l’université de la Sorbonne, docteur en histoire du théâtre, polyglotte, 50 ans de carrière…

Sur le plan international, il a tourné de nombreux films et contribué au rayonnement du drapeau tunisien.

Ce trésor national, tout en panache avait tout pour séduire : une élégance naturelle, un sourire ravageur, des yeux de velours, un talent fou et une insolente séduction.

Et puis après ? Quelques discrets hommages télévisés. Pas de déclaration en l’honneur de ce grand homme de la part des dirigeants de la culture tunisienne. Sa famille et une poignée d’amis au cimetière de Gammarth.

Des géants de la culture française, Joséphine Baker, Michel Bouquet, Charles Aznavour, Belmondo dont les obsèques ont été de grands moments de ferveur populaire, ont eu droit à un hommage aux Invalides.

Tourner le dos à la culture, est l’option stratégique de la Tunisie pour ruiner tout effort de développement.

Nos artistes ne sont honorés ni de leur vivant, ni après leur mort. Peu importe qu’ils aient valorisé notre pays et sa culture ! Peu importe que leur talent soit respecté sur l’échiquier international !

Un pays qui ne valorise pas ses artistes comme sous d’autres cieux a perdu ses couleurs. Tristesse désolante !

L’art est le symbole unificateur par excellence. On en apprend beaucoup sur la manière dont notre Etat respecte ses grands hommes. Nul n’est prophète en son pays !

Mais, bon… rien d’étonnant hein ?

Avec la mort de Hichem Rostom, c’est une page de l’histoire du cinéma tunisien qui se tourne.

RIP au paradis des artistes !

Commentaires: