La Tunisie vise l’autosuffisance en blé dur


Dans son programme de réforme, le gouvernement tunisien compte améliorer la rentabilité des cultures nationales et la réduction de l’importation, afin de viser l’autosuffisance en blé dur, selon le document de suivi de la mise en oeuvre du programme national de réformes, publié dans la nuit du vendredi dernier.

Dans ce document, il y est question d’une extension des cultures de blé dur à 800 mille hectares et la mise à disposition des céréaliculteurs d’environ 400 mille quintaux de semences sélectionnées en plus des intrants nécessaires. Le programme du gouvernement vise aussi l’amélioration de la capacité de stockage et la mise à niveau des ouvrages et silos de collecte et de préservation des semences.

Ces mesures viennent répondre aux difficultés engendrées par la guerre entre la Russie et l’Ukraine, pays qui figure parmi les principaux producteurs de blé dans le monde et les fournisseurs de la Tunisie en blé.

D’ailleurs, le gouvernement avait décidé, cette année, d’augmenter les prix des céréales à la production. Le prix du blé dur a été augmenté de 43 dinars le quintal pour se situer à 130 dinars par rapport à la saison dernière, le prix du blé tendre a été augmenté de 33 dinars le quintal à 100 dinars/Q.

Le prix de l’orge et du tritical a été augmenté de 24 dinars/Q pour se situer à 80 dinars/Q. L’objectif de ce plan est d’éviter les éventuelles pénuries alimentaires liées à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Commentaires: