Purge dans la magistrature : 57 juges révoqués

Première purge dans le corps de la magistrature décidée par Kais Saïed

C’est dans la soirée d’hier et en vertu d’un Décret Présidentiel n° 2022-516 du 1er juin 2022, relatif à la révocation de magistrats, paru dans l’édition de la nuit du Journal Officiel de la République Tunisienne (JORT), N°63 en date du 1er juin 2022, et en application de l’article 20 du décret-loi n° 2022-11 du 12 février 2022, relatif à la création du Conseil supérieur provisoire de la magistrature, tel que modifié par le décret-loi n° 2022- 35 du 1er juin 2022, 57 magistrats, femmes et hommes, ont été révoqués et dont les noms suivent :

1- Taieb Rached,
2- Béchir Akremi,
3- Youssef Bouzakher,
4- Boubaker Jeridi,
5- Imed Jomni,
6- Kaies Sabbahi,
7- Khaled Abbès,
8- Mohamed Kammoun,
9- Belhassen Ben Amor,
10- Youssef Zouaghi,
11- Abderrazek Hanini,
12- Riadh Essid,
13- Sami Ben Houidi,
14- Mohamed Taher Khantech,
15- Romdhana Rahali,
16- Hedi Mechaab,
17- Sofiene Sliti,
18- Samir Hmaied,
19- Sadok Hachicha,
20- Abdelkarim Maktouf,
21- Hassen Hajji,
22 -Makram Medyouni,
23- Sami Mheri,
24- Sami Besser,
25- Abdellatif Missaoui,
26- Rafiaa Naouar,
27- Malika Mzari,
28- Mongi Boularès,
29- Neji Dermech,
30- Adel Drissi,
31- Hichem Ben Khaled,
32- Maher Krichène,
33- Sami Baazaoui,
34- Daoud Zentani,
35- Moncef Hamdi,
36- Nidhal Tlili,
37- Ahmed Laabidi,
38- Imed Ben Taleb Ali,
39- Abdessatar Khlifi,
40- Makram Hassouna,
41- Fayçal Dhib,
42- Mhadheb Messaadi,
43- Mourad Messaoudi,
44- Hammadi Rahmani,
45- Khira Ben Khlifa,
46- Abdelkarim Aloui,
47- Nessrine Kaabia,
48- Olfa Metaouaâ,
49- Taha Gouja,
50- Ikram Mokdad,
51- Ramzi Bahria,
52- Ali Mohamed,
53- Abdelhakim Laabidi,
54- Moez Satouri, ,
55- Mohamed Tahar Kanzari,
56- Chokri Trifi,
57- Mohamed Ali Barhoumi

Rappelons que c’est à la suite du Conseil des ministres, tenu hier et présidé par le Président de la République, KaIs Saïed, au Palais de Carthage, que ce décret a été promulgué.

Après avoir examinée certains décrets dont celui permettant d’organiser le référendum, Il s’agit d’amender le projet de décret concernant la loi électorale, dans l’optique du référendum du 25 juillet 2022 portant sur une nouvelle constitution, le Conseil est passé à l’étude du deuxième projet concernant le Conseil supérieur provisoire de la magistrature.

A ce titre, Kais Saied a indiqué lors de ce conseil des ministres que plusieurs occasions ont été offertes à tous dans le but d’entamer l’assainissement de la justice, ajoutant que la situation ne peut plus persister et qu’il est inacceptable que les palais de justice ne soient plus des lieux de justice.

Commentaires: