Des magistrats « intègres » ont été révoqués, se désole Kalthoum Kannou

Séisme dans le corps de la magistrature. Après les menaces, Kais Saied est passé à l’action dans une décision inédite : révocation de 57 magistrats dont l’inspecteur général du ministère de la Justice.

La décision commence à faire couler beaucoup d’encre. L’ancienne juge et ex-candidate à la présidentielle, Kalthoum Kannou a, dans deux posts Facebook, critiqué cette décision affirmant que des juges qui n’ont aucun lien avec la corruption ont été injustement révoqués.

« Si j’étais restée dans le corps des magistrats, j’aurai sans doute été dans la liste des juges limogés. Je peux vous assurer que certains de ces confrères ont été évincés simplement pour avoir critiqué le président de la République, et non parce qu’ils ont reçu des pots de vin ou sont corrompus. Que dieu protège notre pays ! ».

57 magistrats, femmes et hommes, ont été révoqués dans la nuit du 1er juin. Une décision qui intervient suite au décret Présidentiel n° 2022-516 du 1er juin 2022, relatif à la révocation de magistrats, paru dans l’édition de la nuit du Journal Officiel de la République Tunisienne (JORT), N°63 en date du 1er juin 2022, et en application de l’article 20 du décret-loi n° 2022-11 du 12 février 2022, relatif à la création du Conseil supérieur provisoire de la magistrature, tel que modifié par le décret-loi n° 2022- 35 du 1er juin 2022.

Rappelons que c’est à la suite du Conseil des ministres, tenu hier et présidé par le Président de la République, KaIs Saïed, au Palais de Carthage, que ce décret a été promulgué.

Commentaires: