Tunisie : Assainissement de la justice, Kais Saied s’impatiente !

Le président de la République, Kaïs Saïed a présidé, ce mercredi 1er juin 2022, un conseil des ministres au palais de Carthage, et consacré à l’examen de certains décrets dont celui permettant d’organiser le référendum.

Il s’agit d’amender le projet de décret concernant la loi électorale, dans l’optique du référendum du 25 juillet 2022 portant sur une nouvelle constitution.

Le deuxième projet devant être étudié est celui du Conseil supérieur provisoire de la magistrature.

A ce titre, Kais Saied a indiqué lors de ce conseil des ministres que plusieurs occasions ont été données dans le but d’entamer l’assainissement de la justice, ajoutant que la situation ne peut plus durer et qu’il est inacceptable que les palais de justice ne soient plus des lieux de justice.

« Nous n’intervenons pas dans la justice et nous refusons toute intervention dans ses affaires ou dans le travail des magistrats mais le devoir nécessite une réaction. Des noms seront publiés pour mettre un terme à cette situation », a-t-il lancé.

« Il y a un retard et des ajournements prémédités pour l’ouverture des dossiers bien que ceux-ci soient prêts », a-t-il dit. « Je parle de ce qui a été fait par certains et des crimes qu’ils ont commis sans qu’ils ne soient poursuivis », a-t-il ajouté.

« Des affaires de corruption et des affaires disciplinaires concernant une personne bien déterminée sont encore sans suite », a déclaré Kais Saied, évoquant des affaires concernant un magistrat qui a commis des dépassements dans plusieurs affaires de nature terroriste et d’autres comme celles de l’appareil secret, faisant ainsi référence (sans le nommer), à Bechir Akremi.

Commentaires: