Kais Saied peut-il faire cavalier seul ?

Depuis le 25 juillet, le président de la République dirige le pays, seul ou presque. De la suspension du parlement jusqu’au changement de la composition de l’instance électorale, le pays est conduit à coup de décrets présidentiels, mais jusqu’à quand ?

Actuellement, c’est le dialogue national qui est au cœur du débat. Alors que la centrale syndicale a annoncé son refus de participer à ce rendez-vous, Kais Saied ne peut plus compter sur l’appui de l’UGTT. Autant dire que la tension entre les deux parties était toujours palpable, surtout que la centrale syndicale refuse toujours ce qu’elle appelle une démarche unilatérale adoptée par le locataire de Carthage.

Et au cœur de la pression politique menée surtout par des partis comme Ennahdha et le Courant démocratique, Kais Saied refuse toujours de faire machine arrière et se montre déterminé à aller jusqu’au bout de son projet politique.

Sauf que même à l’étranger, le projet présidentiel n’est pas interprété comme une démarche démocratique. Union Européenne, Etats-Unis et Nations-Unies, ils ont tous montré des réserves par rapport aux différentes annonces du président de la République.

Kais Saied peut-il faire cavalier seul ? Au vu de la grande opposition politique et tant que le président de la République peine à mobiliser du soutien à son projet, la prochaine phase politique s’annonce difficile en Tunisie, même si des échéances électorales sont prévues.

Commentaires: