Hausse des prix : L’ODC appelle au boycott de la viande de volaille

L’ODC a réagi indiquant avoir constaté une hausse au niveau des prix des volailles variant d’un dinar à trois dinars et appelant surtout à boycotter ces produits | Photo d’illustration

Depuis la fin du Ramadan, une hausse inexpliquée des prix de vente de la viande de volaille a été constatée d’autant que le prix de l’escalope de dinde a augmenté de deux dinars et le prix du poulet d’un dinar, au niveau de la production.

Face à cette hausse des prix, la Chambre nationale du commerce en détail de volailles a exprimé son étonnement, critiquant au passage cette hausse qu’elle a imputée aux grandes sociétés de production.

Brahim Nefzaoui, président de ladite chambre, est intervenu, ce vendredi 6 mai sur les ondes de Mosaique fm et a évoqué une réunion urgente afin d’étudier la meilleure riposte face à la décision des grandes sociétés de production d’augmenter ces prix.

L’orge fourragère en cause !

Il a, par ailleurs, indiqué être lui-même (en tant que vendeur) dans l’incapacité d’expliquer aux consommateurs les raisons d’une telle hausse des prix dans un laps de temps aussi court, précisant que le kilo d’escalope de dinde est passé de 11 dinars à 16 dinars le kilo et le poulet de 6 dinars à 8 dinars.

De son côté, le président de la Chambre des volailles, relevant du Syndicat national des agriculteurs (SYNAGRI), Wassim Boukhris, a déclaré, ce vendredi 6 mai 2022, que suite à la hausse du prix de vente de l’orge fourragère (300 dinars la tonne), les prix de vente des volailles continueront à augmenter. Il a souligné que le prix de vente du poulet pourrait prochainement atteindre 9 dinars.

L’ODC réagit

L’Organisation de Défense du Consommateur (ODC) a réagi, aujourd’hui, indiquant, de son côté, avoir constaté une hausse au niveau des prix des volailles variant d’un dinar à trois dinars et appelant surtout à boycotter ces produits et à appliquer la loi relative au commerce de distribution.

Dans un communiqué, l’ODC a fait savoir qu’elle a reçu des plaintes de la part de consommateurs concernant ces hausses de prix qui, selon l’organisation, ont été décidées par les professionnels d’une manière « unilatérale ».

On rappelle que le ministère du Commerce avait fixé, le 1er avril dernier, les prix de vente des volailles dans les abattoirs à 6300 millimes le kilo et à 7250 millimes pour les consommateurs. Pour l’escalope de dinde, le prix de vente avait été fixé à 10.500 millime le kilo tandis que le prix destiné au grand public a été fixé à 12 dinars.

Commentaires: