FMI : Le programme de réformes de la Tunisie jugé « prometteur et détaillé »

Les autorités tunisiennes ont présenté au FMI un programme de réformes économiques « prometteur et détaillé », lors des discussions techniques qui ont démarré entre les deux parties au début de cette année.

C’est ce qu’a affirmé, ce mercredi 27 avril 2022, le directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale au Fonds, Jihad Azour, lors d’une conférence de presse en ligne.

« Ces discussions, ont associé les partenaires économiques et sociaux », a-t-il dit, appelant le gouvernement à élargir encore la base de ces discussions et à expliquer les réformes prioritaires.

« Un nouveau round de négociations entre le gouvernement tunisien et le Fonds Monétaire Internationale (FMI) autour d’un nouvel accord de financement est prévu », a-t-il souligné.

Il a, à cet égard, rappelé que la Tunisie est face à plusieurs engagements. Elle est notamment appelée à assurer sa stabilité économique, particulièrement, après la pandémie de Covid-19, à contenir la masse salariale du secteur public et à réformer les entreprises publiques, afin de générer de l’emploi et créer la richesse.

S’agissant des perspectives de la Tunisie au titre de 2022, Azour a indiqué que la Tunisie, un des pays impactées par la guerre en Ukraine, doit maintenir un niveau d’inflation « acceptable », œuvrer à alléger les charges de la hausse des prix des matières de base, notamment, en réorientant la subvention vers ses vrais bénéficiaires.

« Les discussions avec le FMI progressent positivement », avait notamment indiqué la ministre des Finances Sihem Namsia au début du mois, ajoutant que « le FMI considère le programme des réformes présenté par le gouvernement, comme sérieux ».

Selon le FMI, « la Tunisie fait face à des défis structurels majeurs qui se manifestent à travers des déséquilibres macroéconomiques profonds, une croissance très faible malgré son fort potentiel, un taux de chômage trop élevé, un investissement trop faible, et des inégalité sociales. A ces défis structurels s’ajoutent, aujourd’hui, l’impact de la crise sanitaire et de la guerre en Ukraine ».

Le FMI a souligné que le programme de réforme des autorités tunisiennes vise à combler d’une manière durable et équitable ces défis, bien à court terme pour atténuer les répercussions de la guerre en Ukraine sur l’économie ainsi qu’à moyen terme, pour assurer une croissance plus forte, durable et inclusive et une meilleure protection sociale.

Le FMI considère qu’une réduction consciencieuse du déficit budgétaire à travers une fiscalité équitable, une stricte maîtrise de la masse salariale, un meilleur ciblage des subventions, et une réforme profonde des entreprises publiques, est essentielle pour la résorption des déséquilibres macroéconomiques, ainsi que pour améliorer l’efficacité du secteur des entreprises publiques et rétablir la compétitivité de l’économie tunisienne.

Une délégation gouvernementale conduite par le ministre de l’Economie et de la Planification, Samir Saied et le gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie (BCT), Marouane Abassi a pris part aux réunions de printemps du Fonds monétaire international (FMI) et du Groupe de la Banque mondiale, tenues du 18 au 22 avril, à Washington.

Ces réunions ont permis notamment de poursuivre les discussions autour du programme de réformes économiques. Rappelons que la Tunisie tente de parvenir à un nouvel accord avec le FMI, dans le but d’obtenir un crédit de quatre milliards de dollars, destinés au financement du budget de l’Etat.

Commentaires: