Opposés à la tenue de la prière de Tahajjud, des imams écartés : Le syndicat dénonce !

La tenue de la prière de Tahajjud dans les différentes mosquées du pays continue de faire couler de l’encre.

Le secrétaire général adjoint de la fédération des affaires religieuses, Boubaker Boubakri, a confirmé la fin de sa mission et son écartement en tant qu’imam après sa critique des déclarations du ministre des affaires religieuses.

Boubakri a ajouté, dans une déclaration accordée au journal Assabah dans son édition de ce vendredi 22 avril 2022, que l’exécution de la prière de Tahajjud est une hérésie inventée par le ministre des Affaires religieuses, indiquant qu’elle était dans des mosquées spécifiques choisies entre le syndicat et le ministère selon des critères et sous une surveillance stricte.

Le syndicaliste a déclaré que le taux d’imams ayant accepté de superviser la prière tahajjud ne dépassait pas 10%, soulignant que la majorité refuse cette décision jusqu’à ce que le ministre s’assoit avec la fédération pour s’entendre sur les détails.

« Au cours des dernières années, la prière Tahajjud a été utilisée pour mener des activités suspectes liées à l’extrémisme, et nous ne voulons pas retourner au chaos. », a-t-il insisté.

Pour sa part, l’imam et membre du bureau syndical, Karim Cheniba, a confirmé avoir été invité par l’administration régionale des affaires religieuses de Tunis pour l’informer de la fin de sa mission en raison d’une violation de la charte de l’imam Khatib.

Pour lui, cette décision a été prise à son encontre en raison de son apparition dans les médias et de son commentaire sur la tenue de la prière du Tahajjud.

Rappelons que le ministre des Affaires religieuses Ibrahim Chaibi a autorisé la tenue de la prière Tahajjud dans toutes les mosquées de la République au cours des dix dernières nuits du Ramadan, une décision rejetée par la fédération des affaires religieuses relevant de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT).

Commentaires: