Rapport du FMI : Pas de perspectives à moyen terme pour la Tunisie !

L’économiste Aram Belhaj a estimé que la non-publication de perspectives économiques à moyen terme pour la Tunisie (2023-2027) dans le dernier rapport du Fonds monétaire international (FMI) représente un précédent.

Dans un post publié hier, mardi 19 avril 2022, sur sa page Facebook, il a expliqué que le FMI attribuait cela aux discussions techniques en cours dans le cadre d’un accord à venir.

Aram Belhaj a indiqué que cela s’explique par le fait que le bailleur de fonds n’est toujours pas convaincu par le programme de réformes et les promesses faites par la Tunisie.

Notons que lundi soir, la délégation tunisienne, qui prend part aux réunions du printemps de la Banque Mondiale (BM) et du Fonds Monétaire International (FMI), s’est entretenue avec des représentants du FMI, avec à leur tête Jihad Azour, directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale au Fonds.

La réunion a porté sur les discussions en cours entre la Tunisie et le FMI visant à parvenir à un accord entre les deux parties et elle a été l’occasion de discuter des efforts déployés par la Tunisie pour accélérer le rythme des réformes et les mettre en application en concertation avec les organisations nationales.

Les rencontres entre la délégation tunisienne et les représentants du FMI se poursuivront durant cette semaine en présence des équipes techniques.

Dans le même contexte, le ministre de l’Economie et de la planification Samir Saïd et le gouverneur de la BCT, Marouen Abbassi ont eu une rencontre à Washington, avec Axel Trotsenberg, directeur général des opérations à la Banque mondiale.

La réunion a porté sur les moyens d’aide à la réalisation d’une étude exhaustive sur les chaînes de valeur notamment, dans le secteur des produits de base et de l’agriculture en général.

Elle a également porté sur les moyens de renforcer la coopération dans le domaine de la digitalisation notamment, la digitalisation de l’administration et l’encadrement des initiatives privées parmi les jeunes actifs dans le domaine des technologies modernes, outre l’exploitation optimale des opportunités offertes dans le secteur des énergies renouvelables.

Commentaires: