Chahrazed Akacha devant la Chambre correctionnelle pour atteinte à la « dignité » du ministre de l’Intérieur

Le parquet près le Tribunal de première instance de Tunis avait décidé de la poursuivre pour « propagation de fausses informations, attentat contre l’ordre public, atteinte à la sûreté nationale, et atteinte à la « dignité » du ministre de l’Intérieur.

Après avoir été dernièrement convoquée et entendue par la brigade criminelle d’El Gorjani (jeudi 7 avril courant) pour propagation de fausses informations et de calomnies à l’encontre du Président de la République et du ministre de l’Intérieur, la journaliste et directrice du journal en ligne « Scoop Info », Chahrazed Akacha, a annoncé, ce mardi 22 avril 2022, avoir été déférée devant la Chambre correctionnelle du Tribunal de première instance de Tunis.

La journaliste a précisé que le parquet près le Tribunal de première instance de Tunis avait décidé de la poursuivre pour « propagation de fausses informations, atteinte à l’ordre public, à la sûreté nationale, et à la « dignité » du ministre de l’Intérieur, Taoufik Charfeddine.

Lors de sa première audition, Chahrazed Akacha était accompagnée des avocats Mehdi Zagrouba, Wissem Saidi, Imed Cherni, Sami Triki, Anouer Ouled Ali et Samir Dilou qui a expliqué alors que sa cliente a été auditionnée pour propagation de fausses informations et des calomnies à l’encontre du président de la République et du ministre de l’Intérieur, susceptibles de troubler l’ordre public et de porter atteinte à la sécurité nationale intérieure, d’inciter au chaos et à la rébellion dans les rangs des forces de sécurité intérieure, d’attribuer des données incorrectes aux cadres de sécurité sans en fournir la preuve, et de nuire à la personne du ministre de l’Intérieur à travers l’emploi de termes offensants.

D’autre part, elle a affirmé, hier, avoir été victime d’une agression et menacée de viol accusant le ministre de l’Intérieur de lui avoir envoyé ses agents pour l’intimider, selon ses dires.

JBA

Commentaires: