Tunisie : Des centaines de cas d’interdiction de déplacement

Aéroport Tunis – Carthage

Avec les dispositions du 25 juillet, les libertés de déplacement ont été restreintes par crainte sécuritaire. C’est ce que confirment les différents rapports élaborés par des ONG tunisiennes et étrangères.

Ce mardi 5 avril 2022, Jamel Mssalem, président de la Ligue Tunisienne de Défense des Droits de l’Homme (LTDH) a confirmé ce constat laissant croire que ces derniers mois, son organisme a recensé des centaines de cas d’interdiction ou de restriction de déplacement.

Cela implique, dit-il, des personnalités publiques comme des politiciens mais aussi des activistes de la société civile ou même de simples citoyens.

S’exprimant sur les ondes de Shems FM, il a affirmé qu’il a fait part, au président de la République lors de son entrevue hier lundi, des craintes de la Ligue concernant ces restrictions. Plusieurs interdictions de voyage et de déplacement ont eu lieu juste après le 25 juillet.

Le président de la République Kais Saied a donné ses instructions à Ridha Gharsallaoui, chargé de la gestion du ministère de l’Intérieur, de ne soumettre à l’interdiction de voyager que les personnes recherchées ou faisant l’objet d’un mandat d’amener ou de dépôt.

Le président de la République Kais Saied avait souligné la nécessité d’agir dans le respect total de la loi, de préserver la dignité des personnes et de prendre en considération les engagements des voyageurs à l’étranger.

Commentaires: