Tunisie : « Préoccupée », l’ONU appelle à éviter l’aggravation de la tension politique

Crise politique

La dissolution du parlement par décret présidentiel a fait réagir plusieurs parties étrangères. Après les Etats-Unis, l’ONU a également exprimé sa position quant à cette décision prise le 30 mars par le président de la République Kais Saied.

L’ONU s’est déclarée, jeudi 31 mars, « préoccupée » par la décision du président tunisien, Kaïs Saïed, de dissoudre le Parlement, appelant « toutes les parties à s’abstenir de toute action susceptible d’aggraver la tension politique ».

Cette position a été exprimée par Stéphane Dujarric, porte-parole du Secrétaire général des Nations Unies, au siège permanent de l’Organisation internationale à New York, lors d’une conférence de presse.

Pour leur part, les Etats-Unis se sont dits, jeudi, « profondément préoccupés » face à la « décision unilatérale » du président de la République Kais Saïed de dissoudre l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).

Le président de la République Kais Saied a annoncé hier soir, la dissolution du Parlement après avoir recouru à l’article 72 de la Constitution pour préserver l’unité de l’Etat et la sécurité des Tunisiens.

Ledit article stipule que  « le Président de la République est le Chef de l’État et le symbole de son unité. Il garantit son indépendance et sa continuité et veille au respect de la Constitution ».
Dans une déclaration accordée à la chaîne al Jazeera, Rached Ghannouchi a annoncé, ce jeudi 31 mars 2022, son rejet de cette décision prise par le président de la République, indiquant que la décision de dissoudre le Parlement représente une menace pour la Tunisie et sa sécurité.

Commentaires: