Tunisie – FMI : La semaine prochaine, reprise des discussions

La Tunisie et le Fonds Monétaire International (FMI) vont reprendre leurs discussions, la semaine prochaine, a indiqué ce vendredi 1er avril 2022, la ministre des Finances, Sihem Namsia, lors d’une conférence de presse.

« Les discussions avec le FMI progressent positivement », a-t-elle notamment dit, ajoutant que « le FMI considère le programme des réformes présenté par le gouvernement, comme sérieux ».

C’est dans cette optique que les discussions avec le FMI reprendront au début de la semaine prochaine à distance.

De même, « la mission du FMI qui a visité, la Tunisie les 23-25 mars 2022, a eu des discussions fructueuses sur le programme de réforme des autorités tunisiennes« , ont indiqué les services du Fonds.

Dans une déclaration sur la Tunisie, publiée mercredi 30 mars 2022, le FMI affirme que les discussions ont également porté sur les retombées de la guerre en Ukraine, qui posent des défis importants pour les pays du monde entier, y compris la Tunisie, juste au moment elle émerge de la pandémie.

« La Tunisie fait face à des défis structurels majeurs qui se manifestent à travers des déséquilibres macroéconomiques profonds, une croissance très faible malgré son fort potentiel, un taux de chômage trop élevé, un investissement trop faible, et des inégalité sociales. A ces défis structurels s’ajoutent, aujourd’hui, l’impact de la crise sanitaire et de la guerre en Ukraine », a noté la même source

Le FMI a souligné que le programme de réforme des autorités tunisiennes vise à combler d’une manière durable et équitable ces défis, bien à court terme pour atténuer les répercussions de la guerre en Ukraine sur l’économie ainsi qu’à moyen terme, pour assurer une croissance plus forte, durable et inclusive et une meilleure protection sociale.

Dans ce contexte, le programme vise à créer de l’espace budgétaire afin de financer des projets d’investissement public et d’augmenter l’enveloppe des dépenses sociales.

Le FMI considère qu’une réduction consciencieuse du déficit budgétaire à travers une fiscalité équitable, une stricte maîtrise de la masse salariale, un meilleur ciblage des subventions, et une réforme profonde des entreprises publiques, est essentielle pour la résorption des déséquilibres macroéconomiques, ainsi que pour améliorer l’efficacité du secteur des entreprises publiques et rétablir la compétitivité de l’économie tunisienne.

« Aujourd’hui nous restons engagés aux côtés des autorités dans leurs efforts de réformes économiques et sociales au bénéfice de la population. Dans ce contexte, la mission a permis d’avancer davantage le dialogue technique du FMI avec les autorités tunisiennes », ont conclu les services du Fonds.

La veille, le ministre de l’Economie, Samir Saied, avait qualifié l’étape actuelle en Tunisie d’étape d’approfondissement de la préparation des réformes, notant que plusieurs séances de travail ont été organisées avec des experts du FMI.

Rappelons que la Tunisie tente de parvenir à un nouvel accord avec le FMI, dans le but d’obtenir un crédit de quatre milliards de dollars, destinés au financement du budget de l’Etat.

Toujours dans le même contexte, Sihem Boughdiri Nemsia, a ajouté qu’il y a des progrès dans ces pourparlers, soulignant que la période à venir sera l’étape des négociations formelles, rappelant que toutes les hypothèses et les équilibres financiers du budget de 2022 sont basés sur la conclusion d’un accord avec le FMI.

Commentaires: