Zemmour : « Aller rencontrer les dirigeants tunisiens pour réduire la migration »

Eric Zemmour, ecrivain, essayiste et journaliste francais. candidat nationaliste des présidentielles 
Credit:BALTEL/SIPA/1412211238

En difficulté depuis plusieurs semaines dans les sondages, le candidat nationaliste pour les élections présidentielles françaises a promis une guerre sans merci sur la migration légale et illégale.

Le prétendant présidentiel a détailler sa politique migratoire qui viserait à «renvoyer tous les gens dont on ne veut plus». «Tout le monde le dit, mais personne ne le fait», surenchérit-il. Objectif: mettre fin au regroupement familial, réduire «à presque rien le droit d’asile, les étudiants».

Comment parviendra-t-il à faire cela ? Pour mettre en œuvre cette politique migratoire ferme, selon Éric Zemmour il faut « aller rencontrer les dirigeants de la Tunisie, du Maroc et de l’Algérie afin de signer des accords avec eux sur la question ».

Des vols collectifs !

Pour ce faire, il souhaite la création d’un «ministère de la Rémigration». Un nouveau portefeuille gouvernemental qui concernerait «les clandestins», «les délinquants», «les criminels», et «les fichés S».

Éric Zemmour ambitionne de doter cette administration de «moyens», de «charters»: «On fera des vols collectifs», a-t-il dit, cité par plusieurs médias français dont notamment Le Figaro.

Lors de ses différentes rencontres avec les dirigeants occidentaux, le chef de l’Etat a prôné une nouvelle approche plus large pour traiter ce fléau. 

Il faut rappeler aussi que la commissaire européenne pour les affaires intérieures, Ylva Johansson, avait fait savoir que l’UE tient des discussions avec la Tunisie et avec la Libye, pour un accord qui proposerait à ces deux pays une aide économique en échange d’un effort accru de leur part pour empêcher les migrants d’arriver en Europe.

Commentaires: