Pénurie de médicaments en Tunisie, qui croire ?

721 médicaments sont en rupture de stock ou sont difficiles à obtenir dans les pharmacies tunisiennes

Y-a-t-il une pénurie de médicaments en Tunisie ? Difficile de se faire un avis précis à ce sujet surtout quand les informations se contredisent !

Lundi 14 mars 2022, Nadhem Chakri, président de l’association des pharmaciens, révélait que plusieurs médicaments sont en rupture de stock en Tunisie ou sont difficiles à obtenir dans les pharmacies privées.

Il expliquait notamment que 721 médicaments pour différents types de maladies sont en rupture de stock ou sont difficiles à obtenir dans les pharmacies.

Béchir Yarmani, PDG de la pharmacie centrale, a tenu à s’exprimer sur ce sujet et à faire taire la rumeur selon laquelle les stocks de la Pharmacie centrale en médicaments sont à sec.

Il est intervenu, ce vendredi 18 mars sur les ondes de Shems fm pour infirmer ces rumeurs, soulignant que tout a été fait pour parer aux manques et qu’aujourd’hui, seulement 7% des médicaments sont en rupture de stock, ajoutant que la Pharmacie centrale dispose un stock en médicaments couvrant trois mois.

Béchir Yarmani n’a pas nié l’existence de difficultés liées au marché international, mais la Pharmacie centrale a fait son possible pour que les médicaments les plus importants soient disponibles, a-t-il assuré.

Il a ajouté que la couverture des hôpitaux publics en médicaments s’est considérablement améliorée.

Pour rappel, Nadhem Chakri a indiqué, lundi dernier, qu’à la suite de la réduction du budget du ministère de la Santé, il est devenu difficile pour la Pharmacie centrale d’obtenir un budget supplémentaire suffisant pour rembourser ses dettes croissantes auprès des laboratoires étrangers.

« Au vu de la persistance de ces difficultés, la crise du secteur pharmaceutique, débutée en 2018, va s’aggraver à court et moyen terme et fournir aux Tunisiens les médicaments dont ils ont besoin », avait-il conclu, appelant les autorités compétentes à intervenir de toute urgence pour sauver le secteur.

Commentaires: