Russie : Inquiétudes sur le sort de Marina Ovsyannikova

On l’appelle l' »héroine » du JT russe. Marina Ovsyannikova, rédactrice à la chaîne publique Channel 1, a fait irruption, en direct, sur le journal télévisé, en brandant une pancarte dénonçant la guerre contre l’Ukraine. Depuis, son apparition a fait le tour du monde notamment sur les réseaux sociaux où les internautes ont salué son courage et sa bravoure.

Sauf que depuis hier soir, la journaliste est introuvable et même ses avocats n’arrivent pas à la localiser. En effet, Ovsyannikova aurait été arrêtée en vertu de la nouvelle loi qui interdit de qualifier l’action militaire de la Russie en Ukraine d' »invasion » ou de diffuser des « fake news » sur la guerre.

« Cela signifie qu’ils la cachent à ses avocats et tentent de la priver d’une assistance juridique et, apparemment, ils essaient de préparer les poursuites les plus sévères », déclare un de ses avocats à la BBC.
Dans une vidéo préenregistrée avant son acte de bravoure, Marina Ovsyannikova a qualifié la guerre en Ukraine de criminelle et a déclaré que la Russie était l’agresseur.

« Mon père est ukrainien, ma mère est russe. Ils n’ont jamais été ennemis. Le collier que je porte est le symbole de la nécessité pour la Russie d’arrêter immédiatement cette guerre fratricide. Notre peuple fraternel peut encore faire la paix (…) Sortez, manifestez, n’ayez pas peur, ils ne peuvent pas nous mettre tous en prison« , dit-elle dans cette vidéo.

La journaliste risque désormais des peines pouvant aller jusqu’à 15 ans de prison pour la diffusion de « fausses informations » sur l’armée.
Notons que le régime russe fait partie de ceux qui emprisonnent le plus les journalistes. En effet, selon le site European Journalists, 22 journalistes se trouvent actuellement derrière les barreaux en Russie.

Commentaires: