Marina Ovsyannikova, l’héroïne qui a défié Poutine, risque 15 ans de prison

Marina Ovsyannikova, rédactrice en chef de la chaîne publique russe Channel One est devenue une héroïne internationale après avoir interrompu le JT le plus regardé en Russie en brandissant une pancarte « NO WAR ».

Cette productrice télé de 44 ans, mère de deux enfants risque désormais 15 ans de prison pour son geste, salué à travers le monde. La vidéo en question a vite fait le tour des réseaux sociaux et a été relayée par des milliers de comptes à travers le monde.

Pour la stopper, Channel One, a interrompu le JT et passé un reportage. Quant à Marina Ovsyannikova, elle été arrêtée et emmenée au commissariat selon OVD-Info, une ONG de défense des droits des manifestants.

Dans une vidéo préenregistré avant son acte de bravoure, Marina Ovsyannikova a qualifié la guerre en Ukraine de criminelle et a déclaré que la Russie était l’agresseur.

« Mon père est ukrainien, ma mère est russe. Ils n’ont jamais été ennemis. Le collier que je porte est le symbole de la nécessité pour la Russie d’arrêter immédiatement cette guerre fratricide. Notre peuple fraternel peut encore faire la paix (…) Sortez, manifestez, n’ayez pas peur, ils ne peuvent pas nous mettre tous en prison« , dit-elle dans cette vidéo.

Marina a d’abord été détenue pendant trois heures dans la salle de garde du siège du centre de télévision Ostankino de la chaîne à Moscou. A l’heure actuelle, ses avocats ne parviennent toujours pas à la trouver. L’un d’eux a déclaré qu’il s’attendait à ce qu’elle soit détenue initialement pendant 15 jours pour une accusation administrative, puis à être arrêtée pour une accusation criminelle.

Désormais, elle risque des poursuites puisque les autorités russes ont récemment fait voter des lois qui prévoient des peines pouvant aller jusqu’à 15 ans de prison pour la diffusion de « fausses informations » sur l’armée. Le mot « guerre » est par ailleurs interdit d’être prononcé en Russie, aussi bien par la population que par les médias.

Commentaires: