Guerre en Ukraine : 447 Tunisiens rapatriés de Pologne et de Roumanie

Depuis hier et le début des opérations de rapatriement des Tunisiens bloqués en Ukraine où la guerre fait rage, 447 d’entre eux ont été rapatriés à bord de trois vols.

Hier matin, 120 ressortissants tunisiens sont arrivés en Tunisie, évacués depuis la Roumanie à bord d’un appareil de l’armée de l’air tunisienne.

A l’aube de ce mercredi 2 mars 2022, un deuxième appareil militaire mobilisé pour le rapatriement des Tunisiens d’Ukraine a atterri à l’aéroport Tunis-Carthage avec, à son bord 97 Tunisiens dont un bébé en provenance de l’aéroport de Cracovie en Pologne.

Un peu plus tard, un avion Tunisair est a atterri à l’aéroport Tunis-Carthage, en provenance de Bucarest en Roumanie, avec à son bord, 230 Tunisiens qui ont été évacués d’Ukraine.

Othmane Jerandi, ministre des Affaires étrangères et Rabii Mjidi, ministre du Transport étaient présents à l’aéroport, pour les accueillir à l’aéroport. A cette occasion, Othmane Jerandi, a précisé que certains étudiants ont préféré rester en Ukraine, en Pologne, en Moldavie et en Roumanie.

Et d’ajouter que les opérations d’évacuation vont se poursuivre et que les autorités savent où se trouvent tous les Tunisiens et sont en contact permanent avec les points de rassemblement pour organiser de nouveaux vols.

Il a d’ailleurs souligné qu’il y avait des contacts en cours avec la Russie pour évacuer 16 Tunisiens à travers la Russie, car se trouvant proches des frontières russo-ukrainiennes.

Othman Jerandi a, également, fait savoir qu’il existe des contacts entre les ambassades de Tunisie, d’Algérie, du Maroc et d’Egypte en Russie, pour mener une opération conjointe de rapatriement.

Des étudiants tunisiens pris au piège à Soumy, ville encerclée

Signalons, dans ce contexte, l’appel de détresse lancé par la mère d’un étudiant bloqué en Ukraine. Elle a évoqué la situation de son fils, de huit autres étudiants ainsi qu’un couple de Tunisiens, bloqués dans la ville de Soumy.

Elle a lancé un appel aux autorités pour les évacuer et les rapatrier en urgence, soulignant qu’ils sont bloqués dans cette ville frontalière avec la Russie depuis maintenant six jours et qu’ils sont à court d’argent.

Loin de 30 kilomètres de la frontière russe, Soumy a été en proie à de violentes attaques militaires, notamment dimanche et est désormais encerclée, ce qui rend impossible toute sortie sans s’exposer à des tirs.

Panique et mauvais traitements

A leur arrivée en Tunisie, des Tunisiens rapatriés d’Ukraine ont livré leurs premières impressions sur les ondes de Mosaique fm en évoquant la guerre en Ukraine.

Ils ont fait part de la panique qui s’est emparée d’eux, mais aussi des mauvais traitements qu’ils ont subis.

Ils ont évoqué leur évacuation vers la Roumanie ou la Pologne, les longues distances parcourues à pied au milieu des bombes.

Commentaires: