A Siliana, le spectre du stress hydrique plane sur le secteur agricole

Les effets du stress hydrique commencent à se faire sentir au niveau du secteur agricole dans plusieurs régions. Mais à Siliana, la situation se détériore rapidement, pour la deuxième année consécutive.

Les barrages du gouvernorat de Siliana ont connu une baisse notable de leurs réserves en eau qui ont atteint, ce mois, leur niveau le plus bas.

Au barrage de Siliana, les réserves en eau sont à 13%, contre 7,3 % au barrage de Akhmas et 21,3 % au barrage Remil.

Le délégué régional de l’agriculture à Siliana Moncef Hermi a confirmé à Mosaïque fm que les réserves d’eau dans les barrages sont au plus bas en raison du manque de précipitations.

En conséquence, les autorités régionales ont été contraintes d’annoncer la suspension des activités de  l’agriculture irriguée dans les zones de Gaafour, Laaroussa et Remil, et ce pour la deuxième année consécutive.

Situation des barrages tunisiens

Au 11 février, le taux de remplissage des barrages tunisiens a atteint environ 49%.

Les réserves en eau disponibles ont atteint près de 1 milliard 145 millions de mètres cubes, sur une capacité totale de 2 milliards 337 millions de mètres cubes.

Les barrages de Sejnane, Bouhertma, Bir Mecharga et Joumine ont enregistré les taux de remplissage les plus élevés respectivement de 89%, 58%, 54% et 53%.

En revanche, les barrages de Hamma et de Siliana ont enregistré les taux de remplissage les plus faibles, s’élevant respectivement à 5 % et 14 %, tandis que le taux de remplissage du barrage de Houareb est nul, son stockage d’eau n’ayant pas dépassé 0,300 million de mètres cube.

Commentaires: