Dissolution du CSM : L’UGTT se prononcera prochainement sur l’affaire

Le secrétaire général adjoint de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Sami Tahri, a nié l’émission de toute position officielle jusqu’à présent concernant la décision du président de la République de dissoudre le Conseil supérieur de la magistrature.

 »Une réunion se tiendra prochainement pour examiner cette question. », a-t-il déclaré à l’agence TAP.

Tahri a expliqué qu’en raison du timing de la rencontre entre le président de la République, Kais Saied, le ministre de l’Intérieur et un certain nombre de cadres du ministère, le bureau exécutif de l’Union générale tunisienne du travail n’a pu se réunir pour exprimer sa position.

Il a révélé que l’Union générale tunisienne du travail convoquera jeudi prochain, 10 février, une instance administrative nationale pour préparer lé congrès qui sera organisé les 16, 17 et 18 février, au cours de laquelle la question de la dissolution du Conseil supérieur de la magistrature sera abordé.

En visite dans la nuit du samedi au ministère de l’Intérieur, le chef de l’Etat Kais Saied a annoncé à demi-mot la dissolution du Conseil supérieur de la magistrature. « Le Conseil supérieur de la magistrature appartient au passé à partir de ce moment », a-t-il déclaré en présence du ministre de l’Intérieur et de hauts responsable sécuritaire.

Le président de la République affirme qu’un décret provisoire est en cours d’élaboration à cet effet.

En réponse, le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) a rejeté la décision du président de la République.

L’organe constitutionnel dit poursuivre normalement son mandat et ses missions mettant en garde contre la politisation des affaires de justice.

Le CSM a lancé, dans ce sens, un appel aux magistrats pour défendre l’indépendance de la justice et à s’attacher à leur conseil, comme seule garantie de leur indépendance.

Commentaires: