L’UGTT pointe un « retard » et une « hésitation » entravant le processus du 25 juillet

A l’occasion de la commémoration de la date de sa fondation, l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) a publié un communiqué dans lequel elle revient sur l’actuelle situation en Tunisie.

Citant les événements du 25 juillet, la Centrale syndicale a rappelé qu’elle a dès le départ, soutenu un tel processus qui a promis un changement et une rupture avec le système de corruption et de terrorisme. Mais, regrette-elle, le retard et l’hésitation commence à dissiper les espoirs de voir un véritable changement en Tunisie.

« Le 25 juillet constitue une occasion historique pour sauver le pays, il doit être transformé en un processus participatif capable de reconstruire la Tunisie », a-t-on communiqué.

Rappelons qu’après cinq mois de rupture, le secrétaire-général de l’UGTT Noureddine Taboubi et le chef de l’Etat Kais Saied ont finalement eu un tête-à-tête.  Samedi dernier, le secrétaire-général de l’UGTT, Noureddine Taboubi a été finalement convié à une réunion avec le président de la République, Kais Saied.

Une longue réunion pour dissiper le flou qui a marqué la dernière période dans les relations entre l’UGTT et le palais de Carthage. Si les deux parties ont réfuté tout conflit qui les oppose, la tension était palpable entre Kais Saied et Noureddine Taboubi.

Commentaires: