Tunisie : « Un climat social tendu nous attend ! », annonce Sami Tahri

« Nous allons être confrontés à un climat social tendu et 80% des grèves seront mises en œuvre », a mis en garde le secrétaire général adjoint et porte-parole de l’Union générale tunisienne du travail, Sami Tahri.

Invité ce mercredi 12 janvier 2022 sur Shems fm, Tahri a fait savoir que « le gouvernement doit comprendre que les réunions de réconciliation avec les gouvernements précédents ont permis d’éviter plus de 75% des grèves ».

« Aujourd’hui, avec la suspension du dialogue social, nous nous attendons à ce que plus de 80% des grèves soient appliquées en raison de l’échec des séances de négociation », a-t-il ajouté, soulignant que certains secteurs ont entamé des grèves anarchiques en raison de la perturbation du dialogue.

Commentant le dernier communiqué de la présidence du gouvernement, le syndicaliste a indiqué qu’il n’incluait pas de réponse indiquant si la circulaire n° 20, sujet de polémique pour l’UGTT, sera annulée ou pas.

Dans le même contexte, Tahri a blâmé la présidence du gouvernement pour sa réponse à leur correspondance avec un communiqué, « alors qu’il existe des moyens de traiter avec plus de respect ».

Notons que la présidence du gouvernement a souligné dans un communiqué rendu public mardi, que la circulaire n°20 imposant des conditions de négociation avec la partie syndicale n’a aucun rapport avec ce qui est véhiculé concernant l’intention d’exclure la pratique du droit syndical.

L’objectif est d’assurer une coordination avec les ministères et les établissements publics d’une part et la présidence du gouvernement d’autre part, a souligné la même source.

La présidence du gouvernement a affirmé son engagement du respect du travail participatif avec les partenaires sociaux ainsi que son attachement au dialogue social en tant que moyen de négociation sociale.

La circulaire a pour objectif de favoriser les conditions de succès des négociations sociales et assurer plus de transparence et de crédibilité des conventions et engagements du gouvernement envers le partenaire social.

L’objectif de cette mesure est aussi éviter les conventions dont l’application est impossible sur le plan financier et qui sont signées sans coordination préalable notamment en cette conjoncture financière actuelle, a encore noté la même source.

L’UGTT a appelé le 3 janvier dernier, la cheffe du gouvernement Najla Bouden à retirer la circulaire n 20 portant des mesures, selon la centrale syndicale, en infraction au droit de négociation.

Commentaires: