Scandale à la CAN : L’arbitre de Tunisie-Mali siffle la fin du match avant son terme

La Tunisie a été battu par le Mali sur le score de 0-1, entamant ainsi de la plus mauvaise des manières sa participation en Coupe d’Afrique des Nations.

Mais si la défaite fait partie du jeu, c’est l’arbitre zambien Janny Sikazwe qui est le héros malheureux en sifflant la fin de la rencontre à la 89′ et quelques 50 secondes sans prendre en compte le temps additionnel malgré les neuf changements opérés durant la seconde période et les nombreux arrêts de jeu pour consulter la VAR.

Il est à noter que l’arbitre avait également sifflé la fin de la rencontre, une première fois à la 85′ avant de se rendre compte de son erreur…

Scandale africain

Selon les observateurs, cet arbitre aurait dû au moins ajouter 8 minutes de temps additionnel avant de siffler la fin du match avec la complicité de ses assistants et du quatrième arbitre, coupables d’avoir fermé les yeux face à cette injustice subie par les Tunisiens.

Un scandale qui vient frapper de plein fouet le football africain. Un scandale qui s’ajoute aux innombrables scandales passés malgré la présence de la VAR. Un scandale qui vient rappeler au monde que le football africain est encore à des années lumières du vrai football.

Bizarrerie africaine

Quelques minutes après la fin sifflée par l’arbitre et le retour des joueurs dans les vestiaires, les officiels se sont agités, puis le quatrième arbitre est revenu sur la pelouse pour reprendre le match.

Les joueurs des deux équipes ont, toutefois refusé de reprendre le jeu étant donné qu’ils étaient déjà sous la douche. Un dirigeant de la CAF, soucieux d’éviter un scandale à l’échelle mondiale, est même intervenu pour faire revenir les deux équipes sur le terrain mais en vain.

Côté tunisien, le capitaine de la sélection nationale, Wahbi Khazri, a déposé une réserve technique après la fin de la rencontre. Puis, les joueurs maliens sont finalement revenus sur la pelouse, les Tunisiens ayant refusé de le faire.

Janny Sikazwe, arbitre polémique

Cet arbitre n’est pas étranger aux scandales. En 2018, il avait été suspendu par la Confédération Africaine de Football après avoir dirigé une demi-finale retour de la Ligue des Champions africaine.

La commission de discipline de la CAF avait pris cette décision à cause de suspicions de corruption au vu de quelques actions litigieuses durant la rencontre.

La Tunisie s’incline

Concernant le match, les Aigles de Carthage ont éprouvé beaucoup de mal a entrer dans leur partie concédant le milieu de terrain aux Maliens et leur première occasion dès la 13′.

Durant toute la première mi-temps, ce sont les Maliens qui ont été plus entreprenants, les Tunisiens se contentant de jouer sur un rythme lent et s’exposant à plusieurs reprises au danger des contre-attaques.

En marge de la première période, à l’avantage du Mali, les Tunisiens ont été surpris dès l’entame de la seconde mi-temps en concédant un penalty qui sera transformé par Ibrahima Koné à la 48′.

Après avoir encaissé un but, les Tunisiens se réveillent enfin et se procurent quelques occasions (56′, 57′, 65′) avant d’obtenir un penalty à la 76′ après le recours à la VAR.

Malheureusement pour les Aigles de Carthage, Wahbi Khazri rate cette opportunité d’égaliser après un arrêt de Bosso Mounkoro. La suite, on la connaît avec l’arrêt du match à la 89’50 » provoquant la colère et la contestation du camp tunisien.

Commentaires:

Commentez...