Tunisie : Huit ans après, enquête sur le décès de Jilani Daboussi

Libéré en 2014 de la prison de la Mornaguia, l’ex-maire de Tabarka et ex-député, Jilani Daboussi, est décédé quelques heures plus tard d’un arrêt cardiaque. Son fils, avait évoqué un complot, mais depuis l’affaire a été enterrée.

Ce lundi 10 janvier 2022, le Cour d’appel de Tunis affirme qu’une enquête a été ouverte sur les circonstances de décès de cet homme d’affaires sur ordre de la ministre de la Justice.

Incarcéré depuis octobre 2011, il était diabétique et sous dialyse péritonéale et était accusé dans une affaire d’escroquerie et de spoliation de biens immobiliers sous l’ère Ben Ali.

Jilani Daboussi avait passé plus de 30 mois en prison et ce malgré l’ordre de sa libération de la Cour de cassation.

A l’époque, son fils, Sami, n’hésitait pas à accuser quelques juges et le médecin traitant de son père en prison, ainsi que Noureddine Bhiri, ancien ministre de la Justice, et Abdelatif Mekki, ancien ministre de la Santé.

Rappelons que Jilani Daboussi était un ancien député et maire de Tabarka (gouvernorat de Jendouba). Il était aussi un membre du comité central du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD).

Outre sa qualité de médecin, il était un homme d’affaires, possédant plusieurs cliniques à Tabarka et à Tunis, ainsi qu’un hôtel. Il avait aussi dirigé le Festival de Jazz de Tabarka.

Commentaires: