Baisse des prix des voitures hybrides, Moez Belkhiria fait le point

La loi de Finances pour l’exercice 2022 a consacré tout un chapitre sur l’économie verte et sur la transition énergétique. Parmi les mesures les plus remarquables, figure notamment la réduction des droits douaniers sur l’importation des voitures hybrides. Cette mesure vise à encourager l’utilisation des véhicules hybrides et à faire face au déficit énergétique et son impact va être important sur les prix des voitures hybrides et incitera les concessionnaires à s’orienter vers l’importation de ce type de véhicules.

A cette occasion, nous avons contacté Mr Moez Belkhiria, PDG de BSB Toyota, qui nous en dit plus sur les mesures adoptées par la loi de Finances 2022, lui qui prônait depuis longtemps cette solution pour réduire les prix. Toyota étant considéré comme le leader mondial des ventes de voitures électriques et hybrides, Moez Belkhiria était le mieux placé pour évoquer concrètement l’impact de cette mesure en Tunisie.

La fiscalité des voitures électriques et hybrides a été allégée par la loi de Finances 2022. Cette mesure va permettre une baisse des prix de ce type de véhicules, mais jusqu’à quel point ?

Moez Belkhiria : Le mécanisme est clair concernant l’allègement de la fiscalité des voitures électriques et hybrides. En ce qui concerne les voitures électriques, les droits de douane qu’on appelle droits de consommation quand on parle de voitures, ont été ramenés à 0%. La voiture électrique importée ne paiera donc plus que la TVA à 19%. Mais étant donné qu’il s’agit d’une nouvelle technologie, l’impact sur les prix ne sera pas conséquent.

C’est plus intéressant en ce qui concerne les voitures hybrides. En 2018, le gouvernement a effectué un abattement de 30% sur les droits de consommation des véhicules hybrides. Ici, une Toyota RAV 4 de 2500 cm3 était soumise à une taxation de 84%. Depuis 2018 la taxation se calcule sur la base de 84% auxquels on soustrait 30% de droits de consommation et on obtient une taxation de 58,8% au 31 décembre 2021.

La nouvelle loi de Finances prévoit une réduction des droits de consommation de 50% au lieu des 30% pour encourager l’importation des voitures hybrides. Par conséquent, la taxation de 84% (-50%) tombe à 42% et la baisse effective et réelle est de 20%.

A titre d’exemple, le prix de la Toyota RAV 4 Hybride a été mis à jour, passant de 162.800 dinars à 148.000 dinars, soit une réduction de près de 15.000 dinars de droits de consommation.

Quels sont les avantages d’une voiture hybride ?

Moez Belkhiria : Contrairement à la voiture électrique qui ne jouit pas encore d’une infrastructure adéquate en Tunisie avec un manque flagrant de bornes de recharge et qui va consommer de l’électricité, la voiture hybride à de multiples avantages.

L’hybride est équipée de deux moteurs, un moteur thermique et un moteur électrique qui fonctionne avec une batterie. Cette dualité, aidée par le démarreur-générateur intégré permet de réduire la consommation de carburant, notamment en ville.

Par exemple, une voiture hybride qui roule à 60 km/h ne consomme pas de carburant. C’est le moteur électrique qui se déclenche. La batterie, quant à elle, est rechargée par le freinage de la voiture. Cela induit une consommation de carburant égale à zéro et sans aucune émission de gaz.

Vous encouragez ainsi la voiture hybride. Toyota en vend-t-elle beaucoup ?

Moez Belkhiria : Toyota a de nouveaux projets dans ce sens pour 2022. Des versions hybrides de la Yaris Cross et de la Corolla Cross vont être introduites sur le marché tunisien et nous nous attendons à un succès pour ces deux modèles.

Je veux rappeler que BSB Toyota a lancé la voiture hybride en novembre 2019 et le succès a été au rendez-vous. Nous avons été agréablement surpris et nos clients également. En 2020, nous avons vendus 150 RAV 4 Hybride et en 2021 nous en avons vendus 220. En 2022, nous tablons sur la vente de 300 à 350 unités sachant que la RAV 4 Hybride offre un très bon rapport qualité/prix pour un SUV de ce genre, spacieux et économique.

Commentaires: