Jusqu’à quand cette cathédrale barricadée ?

Photo de Ahmed Zarrouki

Alors que s’approchent les fêtes de Noël, les fidèles catholiques de la paroisse de la cathédrale de Tunis s’inquiètent à haute voix à propos des mesures sécuritaires renforcées qui interdisent l’ouverture des portes de la cathédrale.

En effet, depuis plusieurs mois, l’accès à la cathédrale est barré par des haies métalliques. Littéralement barricadée, confinée, hermétiquement isolée, la cathédrale ne peut plus recevoir ni fidèles ni visiteurs ni touristes de passage.

La chute de fréquentation est tellement importante à cause de ces mesures que les responsables ecclésiastiques du Vatican ont entamé des démarches auprès des autorités compétentes en Tunisie.

Aujourd’hui et depuis plusieurs mois, on ne peut accéder à la cathédrale qu’en y entrant par une porte latérale qui est en fait celle de la prélature.

Plus grave, cette entrée est elle aussi bloquée par des barrières qui ne laissent que quelques centimètres pour le passage. Tous les visiteurs y compris l’ambassadeur du Vatican en Tunisie, sont obligés de se faufiler pour entrer.

Pour justifiées qu’elles puissent être, ces mesures sécuritaires n’en sont pas moins pesantes et improductives.

Elles donnent de plus une piètre image de la Tunisie plurielle puisqu’à Tunis, aussi bien la synagogue que la cathédrale sont pratiquement interdites d’accès.

Il est temps de remédier à cette situation qui prend les proportions d’une injustice flagrante. Il est temps également d’évaluer la doctrine sécuritaire en ce qui concerne les lieux de culte chrétien et juif.

Photo de Hatem Bourial

Miser sur la prévention ne signifie pas interdire les accès, activer le principe de précaution ne veut pas dire fermer hermétiquement un lieu de vie et de recueillement.

Ces fermetures de fait sont malheureusement ressenties comme une stigmatisation par les fidèles qui ne comprennent pas le pourquoi d’une sécurisation excessive alors que la protection des lieux selon les modalités antérieures a toujours donné de bons résultats.

A la veille de Noël, beaucoup de chrétiens pratiquants ressentent comme une humiliation le fait d’être obligés de n’entrer à la cathédrale que par une porte de service qui plus est barricadée.

Une symbolique peu reluisante qui met à mal la tradition d’hospitalité en plein cœur du centre-ville de la capitale.

Commentaires:

Commentez...