Tunisie : Quelle politique d’austérité veut adopter Kais Saied ?

C’est pour la troisième fois que le président de la République Kais Saied appelle à adopter une politique d’austérité pour sauver les finances publiques. Mais quelle politique veut-il adopter ? S’agit-il d’une austérité au vrai sens du terme économique ou simplement d’une tentative de rationalisation des dépenses publiques ?

Hier en recevant la cheffe du gouvernement, le président de la République, Kaïs Saïed, a souligné, la nécessité de compter sur les capacités nationales avant de recourir aux ressources étrangères. Saïed a renouvelé l’appel à l’austérité, mettant l’accent sur la nécessité pour le citoyen de se sentir concernés par les politiques menées par l’Etat.

La réunion a également abordé la question de la justice fiscale dans la loi de finances complémentaire de 2021 et dans le projet de loi de finances pour l’exercice 2022, outre la nécessité de poursuivre les efforts pour lutter contre le monopole et la spéculation.

Concernant la situation environnementale dans le gouvernorat de Sfax, le chef de l’Etat a appelé à identifier une solution provisoire avant de penser à une solution définitive à la question des déchets sur tout le territoire. Au cours de l’entretien, Saïed et Bouden ont passé en revue les points inscrits à l’ordre du jour du prochain conseil ministériel, ajoute le communiqué.

Mais quelle définition veut donner Kais Saied au terme austérité ? D’un point de vue financier, une politique de rigueur ou politique d’austérité est une politique économique de maîtrise ou de réduction des dépenses publiques dans le but de réduire le déficit.

Elle est souvent alliée à une augmentation de l’imposition dans le but d’assainir les dépenses publiques.

Elle correspond également à une politique économique visant à réduire l’ensemble des revenus disponibles pour la consommation, par le recours à l’impôt, au blocage des salaires, à l’emprunt forcé, aux restrictions de crédit et au contrôle des investissements.

La Tunisie est-elle en passe d’annoncer un tel plan ? Rien ne le confirme, il faut attendre le PLF 2022 pour en savoir plus. En tout cas, pour l’instant, les propos du président de la République prennent plutôt la forme d’un appel à la rationalisation des dépenses publiques.

Commentaires:

Commentez...