Plusieurs moments émouvants lors de la cérémonie d’ouverture des JCC 2021

Tunisie Télécom JCC 2021 Hommage
Nidhal Saadi en compagnie de quelques enfants de l’association Arc en Ciel

Samedi soir a eu lieu la cérémonie d’ouverture de la 32ème édition des Journées cinématographiques de Carthage (JCC), qui va se dérouler du 30 octobre au 6 novembre 2021, avec les discours habituels, mais un maître de cérémonie, Néjib Belkadhi, au style et à l’humour très particulier, un peu incisif parfois (il n’a parlé qu’en tunisien, mais les invités étrangers ont pu bénéficier de la traduction simultanée en français et en arabe, avec des casques qui leur ont été fournis). Une cérémonie relativement classique, mais marquée par des moments très émouvants.

Tout d’abord pendant le tapis rouge. En effet, en collaboration l’association Arc en Ciel et Tunisie Telecom, partenaire officiel du festival, une belle action a été organisée : permettre à des enfants atteints du syndrome de la trisomie 21 de réaliser leur rêve de côtoyer leurs stars préférées lors de cet évènement exceptionnel.

C’est ainsi que ces enfants ont accompagné sur le tapis rouge et dans la salle de l’Opéra, Nidhal Saadi, Kamel Touati, Pika, Hichem Rostom et d’autres acteurs tunisiens.

Pour cette soirée mémorable, les enfants ont été habillés comme des stars par la styliste Hanen Elleuch, qui leur a dessiné des tenues spécialement pour l’occasion. L’objectif étant de faire de cette soirée, pleine d’émotions, un souvenir inoubliable pour ces jeunes et de voir des étoiles briller dans leurs yeux. C’est également cela le cinéma !

Tunisie Télécom JCC 2021 Hommage Tunisie Telecom JCC 2021 Hommage Tunisie Télécom Jcc 2021 Hommage

Ensuite, lors de cette cérémonie, un des moments les plus émouvants a été l’hommage à la réalisatrice Moufida Tlatli, décédée en 2020. Moufida Tlatli dont le film les silences du palais, a remporté plusieurs prix un peu partout dans le monde, notamment le Tanit d’Or et le Prix de la meilleure actrice pour Hend Sabry aux JCC 1994, et la Caméra d’Or au festival de Cannes.

En 2021, Les silences du Palais a été classé premier de la liste des 100 meilleurs films de femmes arabes de tous les temps. Après une vidéo, comprenant essentiellement des extraits du film, Hend Sabry en personne est apparue sur scène où elle a parlé de Moufida, ou plutôt où elle a parlé à Moufida. Hend avait des larmes dans la voix en remerciant celle qui avait changé sa vie.

JCC 2021 Hommage

Plusieurs autres hommages ont jalonné cette cérémonie.

Comme celui de la grande star égyptienne Nelly Karim, mais qui malheureusement a paru un peu bâclé (aucune présentation de son œuvre au public, pas un extrait d’un de ses films ou feuilletons, ni rien), d’autant plus qu’elle n’a pas prononcé un mot, même pas pour remercier le festival et faire un clin d’œil au public tunisien. Que gardera-t-on en mémoire de cet hommage? Juste l’image furtive d’une très élégante jeune femme qui est montée sur scène prendre son Tanit et en descendre. C’est vraiment dommage!

JCC 2021 Hommage Nelly Karim

Et surtout des hommages à ceux qui participent à nous faire rêver mais qu’on oublie souvent de citer. J’aurais aimé qu’on présente plus longuement tous ceux qui ont été honorés. Par exemple avec de courtes vidéos, retraçant leur parcours, que tous les cinéphiles, invités étrangers et les jeunes générations sachent de qui il s’agit et pourquoi ils méritent un Tanit.

Comme par exemple Khémais Khayati, journaliste de cinéma depuis 1967, membre fondateur de la revue bimestrielle CinemArabe, membre du comité de rédaction de l’hebdomadaire Al-Youm Assabeh et rédacteur en chef du bulletin Le Quotidien des JCC pendant deux ans.

Docteur en sociologie depuis 1983, Khémais a enseigné le cinéma et la littérature arabes à l’Université de Paris III, a écrit plusieurs études et ouvrages sur les cinémas arabes et a également participé aux comités de sélection de la Semaine de la critique (section parallèle du Festival de Cannes). Pourquoi est-ce que cela n’a pas été dit ?

Mais en plus de tout cela, Khémais Khayati a été parmi ceux qui ont fait aimer le cinéma à toute une génération de tunisiens, dont moi. Dans mes souvenirs d’enfant et d’adolescente, il représente le cinéma. C’est son visage que je retiens des émissions TV. Sans oublier que Khémais croit en la transmission du savoir et de sa passion, et qu’il encourage tous les jeunes pour qu’ils puissent prendre la relève.

C’est par exemple Khémais qui m’avait pris rendez-vous pour ma première interview et m’avait poussée à y aller. C’était en octobre 2016 avec Hussein Fahmy. La même année, c’était également lui qui lors du festival du Caire, m’avait aussi fait connaitre plusieurs cinéastes et critiques arabes. Merci Khémais, hommage mérité vraiment.

Hommage JCC 2021 Khémais Khayati

Hommage JCC 2021 Khémais Khayati

Le clou de la cérémonie a été une simulation d’un tournage, plus précisément d’une reprise d’une scène du film L’idole des foules, avec Abdel Halim Hafez, incarné par Bahri Rahali et Shadia incarnée par Chekra Rameh. Cette simulation a permis de mettre en valeur le rôle très important de plusieurs techniciens du cinéma, comme les maquilleurs par exemple (ici Hajer Bouhawala), qu’on ne voit jamais et que le public ne connait pas.

Cérémonie d'ouverture des JCC 2021

Très bel hommage à ces professionnels du cinéma qui participent à faire de beaux et bons films. Bravo aux JCC d’avoir pensé à eux et de les avoir honorés.

Neïla Driss

Commentaires:

Commentez...