Tunisie : Le SNJT condamne les « attaques terribles » subies par les journalistes

Le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a fermement condamné la « terrible attaque » qui a ciblé deux équipes de la Télévision tunisienne et celles qui ont visé la plupart des journalistes et photojournalistes assurant la couverture des manifestations d’hier, dimanche 10 octobre à l’avenue Habib Bourguiba à Tunis.

Le SNJT a confirmé, dans un communiqué, hier, que des journalistes et photographes qui couvraient la manifestation ont été victimes de « terribles attaques » de la part des protestataires opposés à Kais Said.

Des manifestants participant au rassemblement anti-Saied, ont agressé les équipes de la Télévision nationale, lançant des projectiles sur elles et proférant des propos menaçants et hostiles aux journalistes.

Aymen Haj Salem, journaliste au service de l’information de la première chaîne nationale a été blessé et évacué par la protection civile vers l’hôpital.

Un échange de violence et de jets d’objet entre les manifestants et la police a également eu lieu lors de la manifestation. La tension est d’ailleurs montée d’un cran lorsque les manifestants ont tenté de forcer les barrières installées par la police.

Les manifestants ont procédé au jet de projectiles contre les agents de l’ordre alors que ces derniers ont agressé certaines personnes à coups de matraque.

Le SNJT a, par ailleurs, condamné « certains parties politiques qui ne cessent d’impliquer des journalistes dans des batailles dans lesquelles ils n’ont rien à voir », estimant que les organisateurs du rassemblement sont « légalement et politiquement responsables des attaques ».

Le Syndicat a appelé le ministère public à « agir rapidement contre les agresseurs », rappelant qu’il met à la disposition des journalistes et des photographes, victimes de violences son équipe juridique, pour assurer le suivi des dossiers.

Commentaires:

Commentez...