« Pandora Papers » : Mohsen Marzouk épinglé par l’enquête internationale

Le site « Inkyfada » a rapporté que le nom de Mohsen Marzouk était apparu dans les « Documents Pandora », nouvelle enquête internationale sur le secret financier.

L’enquête se base sur 11,9 millions de documents obtenus par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) et a rassemblé plus de 600 journalistes de 151 médias dans 117 pays pendant deux ans.

Les documents proviennent de 14 cabinets spécialisés dans la création de sociétés offshore et prouvent l’implication de 35 dirigeants mondiaux actuels et anciens, de plus de 330 politiciens et fonctionnaires de 91 pays actifs dans l’activité offshore.

Inkyfada, qui a fait partie des médias ayant traité et analysé les documents, a révélé que le nom du politicien tunisien Mohsen Marzouk est apparu dans cette enquête.

Selon la même source, Marzouk aurait créé une société non-résidente « offshore » entre les deux mandats présidentiels en 2014 par le biais d’un cabinet d’avocats basé à Dubaï.

Le 16 décembre 2014, la société de Mohsen Marzouk avait été enregistrée sous le nom « Eagle One Investments Holdings Limited » à Road Town, la capitale des îles Vierges britanniques. Cet archipel de près de 50 îles fait partie du territoire britannique d’outre-mer et est connu pour être un paradis fiscal.

« L’idée derrière la création de cette société était la préparation de mon plan pour quitter la scène politique et reprendre mes activités d’avant (consultant international) », déclare Mohsen Marzouk à inkyfada.

« Du moment que je ne savais pas où j’allais m’installer, j’ai opté pour une société offshore ».

Il est à rappeler qu’en avril 2016, la large enquête internationale « Panama Papers » a également prouvé un échange effectué entre Mohsen Marzouk et le cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca, concernant l’ouverture d’une société offshore aux îles Vierges britanniques ou à Anguilla.

Commentaires:

Commentez...