Création d’une société Offshore : Mohsen Marzouk brise le silence

Mohsen Marzouk

Le site « Inkyfada » a rapporté que le nom de Mohsen Marzouk était apparu dans les « Documents Pandora », nouvelle enquête internationale sur le secret financier.

L’enquête se base sur 11,9 millions de documents obtenus par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) et a rassemblé plus de 600 journalistes de 151 médias dans 117 pays pendant deux ans.

Sur son compte Facebook, Marzouk n’a pas démenti ces informations, affirmant qu’il a ouvert cette société alors qu’il était devant l’éventualité de retourner à son travail à l’étranger, en tant qu’expert international non -résident.

« Ladite société n’a pas connu d’injection de fonds, n’avait pas de compte et est restée pendant sa courte vie un cadre vide », a-t-il ajouté.

D’autre part, il annonce être en concertation avec ses collègues pour examiner la meilleure méthode de défendre les intérêts de son parti qui n’a rien à voir avec cette histoire.

Inkyfada, qui a fait partie des médias ayant traité et analysé les documents, a révélé que le nom du politicien tunisien Mohsen Marzouk est apparu dans cette enquête.

Selon la même source, Marzouk aurait créé une société non-résidente « offshore » entre les deux mandats présidentiels en 2014 par le biais d’un cabinet d’avocats basé à Dubaï.

Le 16 décembre 2014, la société de Mohsen Marzouk avait été enregistrée sous le nom « Eagle One Investments Holdings Limited » à Road Town, la capitale des îles Vierges britanniques. Cet archipel de près de 50 îles fait partie du territoire britannique d’outre-mer et est connu pour être un paradis fiscal.

Commentaires:

Commentez...