Tunisie : Suspension de salaire pour les enseignants qui imposent les cours particuliers

Les cours particuliers restent un véritable fléau qu’aucun gouvernement n’est parvenu à éliminer et chaque ministre de l’Education tente, à sa manière, de trouver des solutions afin d’éradiquer ce phénomène.

Le ministre de l’Education, Fethi Sellaouti, a averti, ce vendredi 17 septembre, que tout enseignant ayant obligé des élèves à prendre des cours particuliers, ferait face à une suspension de salaire pour trois mois.

Cette formule sera-t-elle dissuasive ? En 2019, on avait déjà appelé à activer les procédures de suspension immédiate du travail contre toute personne impliquée dans la présentation de cours particuliers en dehors des établissements scolaires.

Le ministre de l’Education, Hatem Ben Salem, avait, par ailleurs, annoncé la mise en place d’équipes d’inspecteurs relevant de la direction financière du ministère de l’Education publique qui auront toute la latitude de se déplacer et traquer les enseignants qui donnent des cours particuliers et enfreignent ainsi la loi.

Fethi Sellaouti affirme qu’il suivra de près l’affaire des cours particuliers. « Les familles tunisiennes se retrouvent dans l’obligation de prendre des crédits pour assurer les cours particuliers à leurs enfants » soulignant qu’il a reçu plusieurs plaintes à ce propos.

Le chiffre d’affaires des cours particuliers en Tunisie a atteint, en 2017, un milliard de dinars et la moyenne des dépenses de la famille tunisienne consacrée aux cours particuliers atteint 50 dinars par mois et atteint 150 dinars pour les classes du secondaire.

Commentaires:

Commentez...