UOM : Le PDL saisit le Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme

Le Parti destourien Libre (PDL) a annoncé avoir déposé une plainte auprès du Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, et ce, « en réaction à l’atermoiement des autorités publiques à démanteler les racines du tissu associatif et politique créés par les « Frères » depuis 2011″, indique un communiqué du parti présidé par Abir Moussi.

Dans ce communiqué publié ce mercredi 15 septembre, le PDL explique avoir évoqué, dans sa plainte, « la répression des femmes en colère et leur empêchement de participer à un mouvement de protestation organisé le 3 septembre devant le siège de l’Union des Oulémas musulmans en Tunisie, pour réclamer sa fermeture ».

Le 3 septembre 2021, le PDL avait un sit-in devant le siège de l’antenne de l’Union des Oulémas musulmans où ses sympathisants avaient appelé au démantèlement de ce siège et scandé des slogans hostiles à Rached Ghannouchi.

Il faut rappeler également que le PDL a entamé sa série de sit-ins en novembre 2020 devant le bureau de l’Union des savants musulmans et ce, en réponse à la justice, qui avait rejeté le procès intenté par le parti pour suspendre les activités de l’UOM en Tunisie.

En mars dernier, ces sit-ins ont été levés en mars dernier sur décision du Chef du gouvernement Hichem Mechichi.

En octobre, 2020 l’Observatoire national de défense du caractère civil de l’Etat avait appelé la présidence du gouvernement à suspendre immédiatement les activités du bureau de l’UOM pour endiguer la propagation de la violence et du terrorisme en Tunisie.

Dans son communiqué, le PDL précise que l’Union a, à maintes reprises, affirmé, dans ses déclarations officielles, son adhésion au projet du « califat » et annonce son intention de suivre ce dossier, indiquant se réserver le droit de faire sortir cette organisation « suspecte » du pays et geler ses financements.

Commentaires:

Commentez...