Tunisie : Le Parti des Travailleurs fustige la tendance à changer le système politique

Le Parti des travailleurs a publié, ce samedi 11 septembre 2021, un communiqué dans lequel il considère que « la tendance à vouloir changer le système politique par une décision individuelle, sans respect des mécanismes juridiques, et par l’exploitation des appareils de l’État, le monopole de tous les pouvoirs et la mobilisation de l’opinion publique, fait de ce processus une étape avancée dans la voie du coup d’État et une remise en cause des aspirations du peuple à un système politique plus démocratique et transparent qui exprime la volonté populaire ».

Le parti a ajouté que « le système présidentiel n’était pas le meilleur système ni le plus proche de la démocratie, mais au contraire, il est le plus proche de la tyrannie et du régime individuel », ajoutant que « les maux actuels de la Tunisie sont dus à la nature des forces politiques siégeant actuellement au Parlement, et qui, pour la plupart d’entre elles sont corrompues, dépendantes, antidémocratiques et hostiles aux aspirations du peuple ».

Il a estimé que « menacer de suspendre la constitution, d’adopter une loi temporaire pour les pouvoirs publics et former un comité pour rédiger une nouvelle constitution par une décision individuelle, est un processus dangereux qui ouvre la porte à un unilatéralisme complet au pouvoir et contourne les aspirations et les acquis du peuple, y compris ceux portés par la constitution de 2014, notamment les acquis liés aux droits et libertés, à l’État civil et à l’indépendance ».

Le parti a rappelé que « la crise ne réside pas dans son système politique ou électoral, mais plutôt dans la nature du système de gouvernement et ses choix antipatriotiques et impopulaires qui ont été transférés au peuple à travers des élections corrompues régies par des barons de l’argent et des médias, les mafias de l’économie criminelle et de l’économie rentière qui ont mis la main sur tout l’appareil gouvernemental ».

Le Parti des travailleurs a appelé ainsi « toutes les forces progressistes à prendre conscience du danger, les exhortant à unir leurs efforts pour faire face à tout arrangement local, régional et international visant soit à revenir à avant le 25 juillet 2021 ou avant le 14 janvier 2011 ».

Commentaires:

Commentez...