Décisions de Kais Saied : Le revirement de position du Courant Démocratique


A l’issue de l’annonce présidentielle, dimanche dernier, le courant démocratique avait qualifié les décisions de Kais Saied de putsch contre la Constitution.

Quelques jours après, et après avoir su que le chef de l’Etat semble jouir du soutien de tous ou presque, le parti a changé de position.

Le Conseil national du Courant démocrate a dit comprendre les mesures annoncées, dimanche dernier, par le président de la République Kais Saied et ses motifs, ajoutant, toutefois, que ces décisions doivent être accompagnées de garanties constitutionnelles pour sortir aussi vite que possible de la crise.

Dans un communiqué rendu public ce jeudi à l’issue d’une réunion (les 27,28 et 29 juillet courant) pour examiner les développements survenus sur la scène nationale, le conseil national du Courant démocrate a plaidé pour la protection des droits et des libertés individuelles ainsi que pour le respect des principes de séparation et de l’indépendance des pouvoirs.
Le Conseil a également appelé au respect de la Constitution pour rassurer le peuple tunisien et les différentes composantes de la société civile.

D’après le même communiqué, le Conseil national du Courant démocrate reste en état de réunion permanente pour examiner et suivre les développements en cette étape délicate que traverse le pays.

Le Courant démocrate (représenté au Parlement) a annoncé le 26 juillet courant qu’il ne partage pas la même position avec le président de la République dans l’interprétation de l’article 80, disant rejeter toute décision prise en dehors des dispositions de la Constitution.
Le président Kaïs Saïed avait décidé, dimanche au soir, de geler les travaux du Parlement pour 30 jours, de révoquer le chef du gouvernement et de prendre en main le pouvoir exécutif, à l’issue d’une journée de manifestations visant notamment la coalition au pouvoir dont notamment le mouvement Ennahdha.

Rached Ghannouchi, président de cette formation politique a dénoncé un  » coup d’Etat  » contre la révolution et la constitution.

Commentaires:

Commentez...