Noureddine Bhiri menace : « Vous allez payer le prix cher ! »


Les protestations de ce 25 juillet ont basculé dans la violence dans différentes régions. Ce sont notamment les sièges du mouvement Ennahdha qui ont été pris pour cibles.

D’ailleurs, la réaction officielle du parti n’a pas tardé, Ennahdha a qualifié de criminels ceux qui se sont attaqués à ses sièges.

C’est dans ce cadre que le leader du parti Noureddine Bhiri a affirmé que tous ceux qui ont attaqué les sièges d’Ennahdha allaient payer le prix cher devant la justice.

Il a dans ce sens accusé les partis de la gauche et le parti destourien libre d’être derrière ces attaques mettant en garde contre un plan émirati visant à déstabiliser le pays.

Le mouvement Ennahda condamné ce qu’il a décrit comme « des groupes anarchiques qui ont échoué à convaincre le public de leurs options populistes et antidémocratiques ».

Il s’agit, selon le parti islamiste, de « gangs criminels qui sont employés à l’extérieur et à l’intérieur du pays pour attaquer less siège du mouvement et ses militants et répandre des manifestations de chaos et de sabotage pour servir les programmes de renversement de la voie démocratique et ouvrir la voie au retour de l’oppression et de la tyrannie ».

Le mouvement Ennahdha, force majeure au Parlement et principal soutien au gouvernement Mechichi, se trouve au centre des critiques et des slogans scandés à Tunis et à travers le pays.

A Kairouan, plusieurs manifestants ont tenté de prendre d’assaut le siège du mouvement Ennahdha, scandant des slogans contre le mouvement et son leader, Rached Ghannouchi.

Un certain nombre de partisans d’Ennahdha ont assuré la protection du siège, sans enregistrer d’affrontements entre manifestants en raison de la présence d’intenses renforts de sécurité.

A Tozeur, plusieurs manifestants ont également pris d’assaut le siège du mouvement Ennahdha au centre ville et ont détruit et brulé des équipement s’y trouvant.

Commentaires:

Commentez...