Tunisie : L’heure est à la réquisition des cliniques privées, estime Dr Abdelmoumen

L’heure est à la réquisition des cliniques privées, a estimé, aujourd’hui, Dr Samir Abdelmoumen, chef de section au SAMU.

S’exprimant, ce mercredi 7 juillet, sur la situation dans les services d’urgences et les hôpitaux, il a souligné qu’il existe un débordement à travers tout le pays malgré le déploiement des médecins et des moyens modestes.

« J’aurais aimé réquisitionner 20% des capacités des cliniques. Actuellement, nous avons besoin de ça », a-t-il précisé sur les ondes de Mosaique fm.

Mais l’appel à réquisitionner les cliniques privées pour désengorger les hôpitaux et les services de réanimation publics, ne date pas d’hier. En octobre dernier plusieurs organisations nationales avaient déjà appelé à la réquisition du secteur privé de la santé pour soutenir les efforts nationaux de lutte contre le coronavirus.

En avril dernier, la question était revenue sur la table lorsque le ministre de la Santé, Faouzi Mehdi annonçait que des négociations avaient été engagées avec les cliniques privées afin de trouver une formule permettant de renforcer l’adhésion du secteur privé aux efforts nationaux de lutte contre le coronavirus en vue de réduire la pression sur les hôpitaux publics.

Le chef du gouvernement, Hichem Mechichi avait, de son côté, reconnu la faiblesse de l’adhésion du secteur privé dans les efforts nationaux de lutte contre le coronavirus faisant remarquer que le gouvernement prendra toutes les mesures nécessaires pour sauver la vie des citoyens y compris la possibilité de réquisition.

Mais les cliniques privées sont-elles vraiment en mesure d’accueillir des patients Covid-19 ? Selon le président de la Chambre syndicale des propriétaires de cliniques privées, Boubaker Zakhama, cette question n’est pas aussi simple !

Il affirmait, il y a quelques semaines que dans les cliniques privées, 90% des lits de réanimation sont occupés, ajoutant que toutes les cliniques ne sont pas en mesure d’accueillir des patients Covid-19 et que l’accueil de ces patients  nécessite des garanties notamment en cas de détérioration de leur état de santé.

Commentaires:

Commentez...