Tunisie : Ali Koôli espère conclure un accord avec le FMI d’ici trois mois

En marge des réunions tenues à Washington entre le 3 et le 8 mai, par la délégation tunisienne, envoyée pour négocier un prêt de 4 milliards de dollars avec le Fonds monétaire international (FMI), le ministre de l’Economie, des finances et de l’appui à l’investissement, Ali Kooli se veut optimiste.

S’exprimant dans une interview accordée à l’agence TAP, il a affirmé que les sept réunions tenues avec les responsables du FMI, ont été constructives. « Nous espérons conclure un accord avec le FMI, d’ici trois mois », a-t-il déclaré.

Selon lui, « les responsables du FMI ont trouvé que le plan de réformes de la Tunisie est réalisable », précisant que ce plan est prêt et reste perfectible.

Il a également rappelé que la délégation a rencontré les autorités américaines et la Banque Mondiale (BM), ainsi que l’agence gouvernementale américaine  » Millennium Challenge Corporation » (MCC).

A ce titre, il a confirmé que la Tunisie allait recevoir un don américain de 500 millions de dollars, soit environ 1400 millions de dinars pour soutenir le secteur des transports en Tunisie, restructurer le port de Radès, et venir en aide aux femmes rurales.

Le ministre de l’Economie, Ali Kooli et le gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, Marouane Abassi avaient rencontré, le 5 mai dernier, les officiels de l’agence « Millennium Challenge Corporation » avec qui ils ont discuté d’un accord portant sur ce don de 500 millions de dollars.

Rappelons que la délégation tunisienne a été dépêchée à Washington pour solliciter auprès du FMI un prêt de 4 milliards de dollars remboursable sur 3 ans en contrepartie de promesses de réformes économiques.

Le 5 mai, les responsables du FMI avaient estimé que le programme de réformes économiques proposé par le gouvernement tunisien est « réalisable », mais que sa mise en œuvre nécessite un calendrier prédéfini afin d’accélérer la relance économique en Tunisie.

Le ministre de l’Economie, Ali Kooli avait, à cet égard, rappelé que dans le plan de réformes présenté au FMI, la Tunisie s’est engagée à mettre en œuvre un ensemble de mesures, dont la révision de la subvention, la réforme des entreprises publiques et la maîtrise de la masse salariale dans la fonction publique.

Il consiste à geler les augmentations de salaires en 2021, ce qui devrait permettre de contenir la masse salariale autour de 15% du PIB en 2022, contre 17,4% du PIB en 2020 et ce, afin de stopper la trajectoire tendancielle de la masse salariale, préjudiciable aux équilibres budgétaires.

Commentaires:

Commentez...