« Challenge One », un projet de fin d’étude, selon Yassine Ayari

Alors que tout le pays s’est félicité de la première en Tunisie, Yassine Ayari a gardé les pieds sur terre, car pour lui, il s’agit d’un nano-satellite et aucun composant n’a été fabriqué en Tunisie.

« Dire qu’il s’agit d’un satellite tunisien 100% c’est tromper les Tunisiens, il ne faut pas se laisser aller par les informations mensongères », a-t-il posté sur sa page Facebook.

Et de poursuivre que des facultés dans certains pays le font sous forme d’un projet de fin d’étude pour étudiants.

« Les Emirats et l’Arabie Saoudite ont envoyé eux aussi un nano-satellite dans la même fusée sans faire aucun bruit », a-t-il poursuivi. Pour lui, il s’agit d’un CubeSat qui désigne un format de nano-satellite permettant aux universités de développer et de placer en orbite leurs propres engins spatiaux.

Le Groupe Telnet a réussi son pari, celui de lancer le premier satellite tunisien dans l’espace. A bord de la fusée russe Soyouz-2, « Challenge One » a été lancé ce lundi 22 mars 2021 à 7h07 heure locale à partir du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan et a été supervisé par le président de la République, Kais Said, qui s’est déplacé au siège de Telnet.

Conçu et développé par des compétences tunisiennes, « Challenge One » a pour mission la transmission des données utiles aux citoyens par la connexion des objets situés sur la Terre (Internet of Things) en utilisant, pour la première fois, le protocole de communication LoRa via l’espace.
D’une durée de mission de 5 à 7 ans, le satellite tunisien ciblera « les zones blanches », soit 90% de la planète

Commentaires:

Commentez...