Enregistrement fuité : Le ministère public ouvre une enquête

Les députés Mohamed Ammar et Rached Khiari

Mohsen Dali, porte-parole du tribunal de première instance de Tunis 1, a annoncé, ce mardi 16 mars 2021, l’ouverture d’une enquête sur l’affaire de l’enregistrement audio fuité impliquant trois députés, Rached Khiari, Foued Bedhief et Mohamed Ammar.

Selon lui, le ministère public s’est chargé de cette affaire en autorisant, hier, lundi 15 mars 2021, l’ouverture d’une enquête provisoire par un juge d’instruction du tribunal de première instance sur la base de l’article 31 du code pénal.

Samedi soir, des réseaux sociaux ont diffusé un enregistrement audio attribué au président du bloc démocratique à l’ARP, Mohamed Ammar, dans lequel il aurait accusé Mohamed Abbou de vouloir détruire la justice et d’être derrière le dossier de l’affaire des magistrats Taieb Rached et Béchir Akremi.

Dans ce document fuité, deux députés Rached Khiari (ex-Al Karama) et Foued Bedhief (indépendant) indiquent que Mohamed Ammar et Mohamed Abbou font partie d’une machination ayant notamment pour mission de faire pression sur la justice dans plusieurs dossiers dont celui de Nabil Karoui.

Cet enregistrement audio évoque, « la mainmise du président de la République sur la justice, par l’intermédiaire de son épouse » et souligne que le palais de Carthage s’est transformé en un lieu dans lequel « des complots sont tramés pour frapper la justice ».

Par ailleurs, le député Mohamed Ammar accuse l’ancien secrétaire général du Courant démocrate, Mohamed Abbou, de vouloir « détruire la justice » et « semer la zizanie » dans le corps des magistrats.

Commentaires:

Commentez...